Finances publiques : le déficit tombe à 70 milliards d'euros pour 2015 | Atlantico.fr
Atlantico, c'est qui, c'est quoi ?
Newsletter
Décryptages
Pépites
Dossiers
Rendez-vous
Atlantico-Light
Vidéos
Podcasts
Finance
Finances publiques : le déficit tombe à 70 milliards d'euros pour 2015
©Reuters

C'est déjà ça...

Finances publiques : le déficit tombe à 70 milliards d'euros pour 2015

Selon Michel Sapin, il retrouve son rythme d'avant la crise de 2008.

A défaut de faire baisser le chômage, le gouvernement parvient à faire diminuer le déficit de la France. "Nous avions prévu 74 milliards d'euros de déficit et nous serons à 70 milliards. C'est 15 milliards de mieux qu'en 2014" s'est félicité le ministre des Finances Michel Sapin, ce jeudi sur Europe 1. Selon lui, "le budget de l'Etat a été géré avec suffisamment de sérieux pour nous permettre de sortir de la crise."

Si cette baisse est appréciable, il n'empêche que le déficit reste élevé, notamment par rapport à celui de l'Allemagne, ramené à 12 milliards d'euros en 2015. Mais pour Bercy, le but était avant tout d'effacer l'explosion du déficit subie lors de la crise. "C'était déjà élevé en 2008, cela a explosé entre 2009 et 2011. On y a remis de l'ordre progressivement" assène Michel Sapin. Malgré les doutes de Bruxelles et les nouvelles dépenses liées à la sécurité et à l'emploi, le gouvernement continue de viser la barre symbolique des 3% pour 2017, inscrite dans les traités européens. "Si nous voulons faire face aux priorités du moment comme la sécurité, nous devons pouvoir dégager des moyens supplémentaires" prévient le ministre. "Les moyens dégagés en 2015 ont été couverts par des économies et non par des déficits supplémentaires." Il faudra donc faire de nouvelles économies. Pour l'année 2015, ce sont les collectivités territoriales qui  ont dû se serrer la ceinture.
 

Lu sur Le Parisien

En raison de débordements, nous avons fait le choix de suspendre les commentaires des articles d'Atlantico.fr.

Mais n'hésitez pas à partager cet article avec vos proches par mail, messagerie, SMS ou sur les réseaux sociaux afin de continuer le débat !