Finances publiques : "La situation est alarmante" alerte Michel Pébereau | Atlantico.fr
Atlantico, c'est qui, c'est quoi ?
Newsletter
Décryptages
Pépites
Dossiers
Rendez-vous
Atlantico-Light
Vidéos
Podcasts
Politique
Finances publiques : "La situation est alarmante" alerte Michel Pébereau
©Reuters

Dans le rouge

Finances publiques : "La situation est alarmante" alerte Michel Pébereau

L'ancien patron de BNP Paribas revient sur le déficit français, dans une interview aux Echos.

C'était il y a 11 ans. L'ex-patron de BNP Paribas, Michel Pébereau, rendait un rapport sur la dette publique française. Depuis, les finances publiques continuent d'être dans le rouge. "Il est frappant que, aujourd'hui, le fait que notre déficit public va rester plus longtemps que prévu supérieur à 3 % du PIB ne suscite pas de débat malgré les avertissements du Haut Conseil des finances publiques et du Conseil constitutionnel, et la stagnation de notre croissance à 1,1 %" souligne-t-il dans une interview aux Echos. "La situation est alarmante. L'opinion publique n'a pas conscience qu'il s'agit d'un sujet fondamental, qu'il est urgent de traiter."

Pour l'industriel, il faut désormais ramener les dépenses "à 50 % du PIB en cinq ans, ce qui reste au-dessus de la moyenne européenne. C'est la condition pour pouvoir réduire les prélèvements qui entravent notre compétitivité." Quand bien même le FMI réclame une relance budgétaire ? "Le FMI a raison de dire que la zone euro, et notamment l'Allemagne, a les moyens de dépenser plus. Mais il n'a jamais dit que le seul grand pays de la zone en déficit courant devait encore le creuser davantage."

"Il nous faut réviser toutes nos dépenses, pour assurer une réduction rationnelle. L'action doit être immédiate, transversale et pérenne" préconise-t-il. "L'efficacité et l'équité supposent que l'effort de réduction soit partagé par toutes les administrations publiques."

Lu sur les Echos

En raison de débordements, nous avons fait le choix de suspendre les commentaires des articles d'Atlantico.fr.

Mais n'hésitez pas à partager cet article avec vos proches par mail, messagerie, SMS ou sur les réseaux sociaux afin de continuer le débat !