Financement libyen : Nicolas Sarkozy parle d'un "faux grossier" | Atlantico.fr
Atlantico, c'est qui, c'est quoi ?
Newsletter
Décryptages
Pépites
Dossiers
Rendez-vous
Atlantico-Light
Vidéos
Podcasts
Politique
Financement libyen : Nicolas Sarkozy parle d'un "faux grossier"
©

Justice

Financement libyen : Nicolas Sarkozy parle d'un "faux grossier"

Mediapart affirme que l'ancien président de la République a reçu 50M€ de Tripoli pour financer sa campagne en 2007.

Accusé par Mediapart d'avoir perçu 50 millions d'euros en provenance de Tripoli pour financer sa campagne présidentielle de 2007, Nicolas Sarkozy a porté plainte pour faux, usage de faux et recel. L'ancien président de la République a été entendu par le juge d'instruction René Cros, le 10 octobre dernier. Une audition dont Le Monde publie le contenu, ce mercredi.

"Je confirme les termes de ma plainte, a déclaré Nicolas Sarkozy, dénonçant une manipulation aux conséquences très graves (...) J'ai choisi délibérément de déposer plainte pour faux et usage de faux et recel, et non pas pour diffamation car la diffamation est un fait faux que l'on allègue, là il s'agissait d'un faux grossier que l'on a jeté en pâture à l'opinion entre les deux tours de l'élection présidentielle de 2012". Une déclaration à laquelle n'a pas manqué de répondre Edwy Plenel, patron de Mediapart. "Mediapart maintient la vérité de ses informations, le sérieux de son enquête et l'authenticité de ses documents", affirme-t-il sur son blog.

Le document publié par Mediapart est attribué à Moussa Koussa, ex-chef des services de renseignements extérieurs de la Libye, aujourd'hui en exil. Ce dernier  avait rapidement qualifié ce document de "faux", à l'instar de l'ex-secrétaire particulier de Mouammar Kadhafi, Bachir Saleh, présenté comme le destinataire de cette note. Edwy Plenel et les deux auteurs de l'article ont été entendus par les juges et placés sous le statut de témoin assisté. "Preuve qu'il n'y a pas de charges justifiant une mise en examen pour faux", assure Edwy Plenel.

Lu sur Le Monde

En raison de débordements, nous avons fait le choix de suspendre les commentaires des articles d'Atlantico.fr.

Mais n'hésitez pas à partager cet article avec vos proches par mail, messagerie, SMS ou sur les réseaux sociaux afin de continuer le débat !