Financement de la campagne de Sarkozy par Kadhafi : Takieddine promet avoir des preuves | Atlantico.fr
Atlantico, c'est qui, c'est quoi ?
Newsletter
Décryptages
Pépites
Dossiers
Rendez-vous
Atlantico-Light
Vidéos
Podcasts
Politique
Ziad Takieddine réaffirme avoir des preuves
Ziad Takieddine réaffirme avoir des preuves
©Reuters

Affaire Sarkozy/Libye

Financement de la campagne de Sarkozy par Kadhafi : Takieddine promet avoir des preuves

L'homme d'affaires franco-libanais a réaffirmé avoir des preuves d'un financement de la campagne de Nicolas Sarkozy par la Libye, en 2007.

Au lendemain d'une perquisition à son domicile à Paris, Ziad Takieddine a réaffirmé avoir des preuves d'un financement de la campagne de Nicolas Sarkozy par la Libye, en 2007 mais qu'il ne les dévoilerait pas faute de confiance en la justice française. L'homme d'affaires franco-libyen a déclaré que "La perquisition a duré 12 heures, mais ce qu'ils cherchent n'est pas là". Cette perquisition a eu lieu dans le cadre de l'enquête préliminaire ouverte après une plainte de Nicolas Sarkozy contre Mediapart pour "faux et usage de faux" alors que son locataire était absent. Le site dirigé par Edwy Plenel avait notamment publié un document attribué à Kadhafi qui affirme que la Libye avait accepté de financer la campagne de l'ancien président de la République en 2007 pour "50 millions d'euros".

"Ne nous interrogeons pas sur ces documents, est-ce que Kadhafi a payé Sarkozy ? Oui, oui il a payé pour la campagne, payé pour autre chose", a affirmé Ziad Takieddine avant d'ajouter : "j'ai dit au juge que les documents existent. J'en ai pris connaissance, ils ne sont pas chez moi et je ne peux dire où ils se trouvent". L'homme d'affaires a précisé : "je ne dirai jamais où ils sont car je ne fais pas confiance à la justice, incapable d'aller vers la vérité car elle est malade de ses magistrats".

D'après lui, les preuves se trouveraient entre les mains de quatre personnes en dehors de la France. "Qui me dit que le parquet ne va pas emprisonner celui qui les a données", a demandé Ziad Takieddine avant d'avertir : "tant que la justice n'a pas donné toutes les garanties d'un bon fonctionnement, la France n'aura rien, je ne dirai pas à la justice où je les ai trouvées".

Lu sur Le Point

En raison de débordements, nous avons fait le choix de suspendre les commentaires des articles d'Atlantico.fr.

Mais n'hésitez pas à partager cet article avec vos proches par mail, messagerie, SMS ou sur les réseaux sociaux afin de continuer le débat !