La fillette de 5 ans enlevée dans l'Ain, a été violée | Atlantico.fr
Atlantico, c'est qui, c'est quoi ?
Newsletter
Décryptages
Pépites
Dossiers
Rendez-vous
Atlantico-Light
Vidéos
Podcasts
Faits divers
La fillette de 5 ans enlevée dans l'Ain, a été violée
©

Kidnapping

La fillette de 5 ans enlevée dans l'Ain, a été violée

La fillette âgée de cinq ans, enlevée dimanche devant son domicile dans l'Ain, a été sexuellement agressée. Le suspect, un Isérois de 39 ans, connu des autorités, a été placé en garde à vue.

[Mis à jour à 17h]

La fillette de 5 ans, enlevée durant quelques heures dimanche dans l'Ain, a été agressée sexuellement et violée, a indiqué cet après-midi la procureure de Bourg-en-Bresse. 

L'homme soupçonné de l'avoir enlevé, un Isérois âgé de 39 ans, connu pour des faits de diffusion d'images pédopornographiques, est toujours en garde à vue à l'hôpital Edouard Herriot de Lyon.

Selon Le Progrès de Lyon, cet homme faisait l'objet d'un "mandat d'amener pour non respect d'un contrôle judiciaire".  

[Mis à jour à 10h30]

La fillette âgée de cinq ans, kidnappée dimanche dans l’Ain a été retrouvée sur le bord d’une route, près de cinq heures après son rapt. Lorsqu’elle a été découverte à Niévroz, où elle a été enlevée, l’enfant ne portait aucune trace de blessures. Toutefois, ses vêtements étaient déchirés. La police ignore toujours ce qu’elle a pu subir durant les quelques heures de sa disparition.  Elle sera examinée par des spécialistes pour établir l’éventuelle présence de sévices et de maltraitances sexuelles.

Le suspect de 39 ans, connu des autorités « pour des faits liés à la diffusion d’images pédopornographiques », a été interpellé et placé en garde à vue dimanche soir. L’homme a été pris en chasse par les gendarmes qui ont reçu l’appel affolé d’un riverain qui a vu le conducteur déposer la petite fille sur le bas-côté.

Le suspect, toujours en garde à vue, refuse de s’exprimer sur les évènements.    

Lu sur Le Figaro.fr

En raison de débordements, nous avons fait le choix de suspendre les commentaires des articles d'Atlantico.fr.

Mais n'hésitez pas à partager cet article avec vos proches par mail, messagerie, SMS ou sur les réseaux sociaux afin de continuer le débat !