Fichage d’élèves à Béziers : Christiane Taubira dénonce un "acte imbécile" et parle de "crime contre la République" | Atlantico.fr
Atlantico, c'est qui, c'est quoi ?
Newsletter
Décryptages
Pépites
Dossiers
Rendez-vous
Atlantico-Light
Vidéos
Podcasts
Politique
Fichage d’élèves à Béziers : Christiane Taubira dénonce un "acte imbécile" et parle de "crime contre la République"
©Reuters

Réponse cinglante

Fichage d’élèves à Béziers : Christiane Taubira dénonce un "acte imbécile" et parle de "crime contre la République"

Invitée d'Europe 1, la ministre de la Justice a estimé que Robert Ménard avait enfreint la loi et a évoqué une possible destitution.

Robert Ménard a les oreilles qui sifflent. Alors que l'ensemble de la classe politique s'est indigné des statistiques ethniques déterminant le taux d'écoliers de confession musulmane calculé par le maire de Béziers, Christiane Taubira qualifié ses actes de "crime contre la République".

Invitée mardi du Club de la presse d'Europe 1, la garde des Sceaux a fustigé une position "qui n'est pas conforme à la loi. "C'est dramatique ce qu'il a fait ! Il prend des prénoms d'enfants et décrète qu'ils sont musulmans ! Non seulement c'est contraire à la loi mais c'est complètement imbécile car il n'y a pas de correspondance systématique entre les prénoms".

Robert Ménard, qui a été élu dans la sous-préfecture de l'Hérault avec le soutien du Front national, a rappelé que d'autres pays, notamment en Europe, pratiquaient des calculs de statistiques ethniques. Un argument balayé par la ministre de la Justice qui souligne que les pays en question "ont des lois qui les encadrent. Ensuite, ils ne font pas de façon subreptice un recensement d'enfants, donc ne comparons pas l'incomparable, sinon on commence à atténuer la faute, qui est extrêmement grave".

La garde des Sceaux a promis une enquête et même a évoqué une possible destitution. "Il y a une procédure judiciaire qui suivra son cheminement, a-t-elle expliqué. "Le destituer est possible dans la loi, c'est une décision qui peut être prise mais ce n'est pas à moi qu'il appartient de la prendre."

Robert Ménard a dévoilé l'existence de ces statistiques sur France 2, lundi 4 mai. Selon lui, ces chiffres ne sont pas issus d'une forme de fichage ethnique, interdit par la loi, mais de la consultation des registres d'élèves fournis par l'éducation nationale, l'identification de la confession reposant sur les prénoms des enfants.

 

Lu sur Europe 1

En raison de débordements, nous avons fait le choix de suspendre les commentaires des articles d'Atlantico.fr.

Mais n'hésitez pas à partager cet article avec vos proches par mail, messagerie, SMS ou sur les réseaux sociaux afin de continuer le débat !