Fermeture de Fessenheim : EDF dément réclamer 2 milliards d'euros d'indemnités à l'Etat | Atlantico.fr
Atlantico, c'est qui, c'est quoi ?
Newsletter
Décryptages
Pépites
Dossiers
Rendez-vous
Atlantico-Light
Vidéos
Podcasts
France
EDF a indiqué dimanche ne pas avoir déposé auprès du gouvernement de demande d'indemnités liée à la fermeture prochaine de la centrale nucléaire de Fessenheim.
EDF a indiqué dimanche ne pas avoir déposé auprès du gouvernement de demande d'indemnités liée à la fermeture prochaine de la centrale nucléaire de Fessenheim.
©Reuters

Imbroglio

Fermeture de Fessenheim : EDF dément réclamer 2 milliards d'euros d'indemnités à l'Etat

Selon le JDD, le groupe énergétique pourrait réclamer 2 milliards d'euros d'indemnités à l'Etat pour la fermeture de la plus vieille centrale nucléaire française. EDF dément.

Deux milliards d'euros d'indemnités : c'est la somme qu'EDF pourrait réclamer à l'Etat pour la fermeture de la centrale nucléaire de Fessenheim, selon le JDD. Le journal explique que cette somme permettrait de compenser les investissements déjà réalisés pour allonger sa durée de vie de dix ans et le manque à gagner pour cette période.

D'après l'hebdomadaire, le groupe énergétique "avait commencé à investir pour obtenir un allongement de la durée de vie de Fessenheim jusqu'à 50 ans, soit 2027" et "réclame compensation de ces dépenses non amorties". EDF demanderait aussi la compensation du "manque à gagner de 200 millions d'euros de marges par an sur dix ans" d'exploitation qui n'auront pas lieu dans la plus vieille des centrales nucléaires françaises. Ainsi, toujours selon le JDD, le groupe énergétique a "présenté au gouvernement il y a quelques jours une facture de 2 milliards d'euros d'indemnités".

De son côté, EDF a affirmé ce dimanche ne pas avoir déposé auprès du gouvernement de demande d'indemnités. "EDF n'a formulé aucune demande" au gouvernement, a ainsi déclaré une porte-parole du groupe à Reuters.

François Hollande a annoncé vendredi que la fermeture de Fessenheim, en service depuis 1977, interviendrait d'ici à 2016, confirmant ainsi un engagement de sa campagne présidentielle.

En raison de débordements, nous avons fait le choix de suspendre les commentaires des articles d'Atlantico.fr.

Mais n'hésitez pas à partager cet article avec vos proches par mail, messagerie, SMS ou sur les réseaux sociaux afin de continuer le débat !