Ferguson : un autre jeune Noir est abattu par la police | Atlantico.fr
Atlantico, c'est qui, c'est quoi ?
Newsletter
Décryptages
Pépites
Dossiers
Rendez-vous
Atlantico-Light
Vidéos
Podcasts
International
Des manifestants à Ferguson
Des manifestants à Ferguson
©Reuters

Ca recommence

Ferguson : un autre jeune Noir est abattu par la police

Alors que cette ville du Missouri est le théâtre de violences depuis la mort de Michael Brown il y a 10 jours, un homme de 23 ans armé d'un couteau a été tué mardi à Saint-Louis.

Nouveau regain de tensions dans la ville de Saint-Louis aux Etats-Unis. C'est la deuxième fois que la police de l'agglomération de la ville tue un jeune Noir en quelques jours. Ce mardi, la fusillade a eu lieu à quelques kilomètres de Ferguson, où un policier blanc a tué Michael Brown, un jeune de 18 ans non armé. Les circonstances de sa mort, qui ne sont toujours pas claires, avaient alors déclenché des émeutes urbaines. 

Le chef de la police de Saint-Louis, dans le centre du Missouri, a expliqué sur son compte Twitter que des policiers étaient intervenus après avoir reçu un appel au sujet d'un homme a priori agité, armé d'un couteau et criant "tuez-moi maintenant" en s'approchant des policiers. "Les agents lui ont fait plusieurs sommations. Les agents ont eu peur pour leur sécurité et deux policiers ont fait usage de leur arme. Le suspect est décédé", a précisé Sam Dotson. Une conseillère municipale qui a été témoin de la scène a déclaré dans un communiqué : "les faits que le chef de la police Dotson a résumés correspondent à ce que j'ai vu et ce que j'ai raconté à la police."

Peu de temps après l'incident, des dizaines de personnes se sont rassemblées autour de la scène de crime devant une épicerie de Saint-Louis. Comme les manifestants de Ferguson, ils ont repris le slogan "les mains en l'air, ne tirez pas!". 

lu sur Le Parisien

En raison de débordements, nous avons fait le choix de suspendre les commentaires des articles d'Atlantico.fr.

Mais n'hésitez pas à partager cet article avec vos proches par mail, messagerie, SMS ou sur les réseaux sociaux afin de continuer le débat !