Facebook autorise désormais les photos et vidéos... de décapitation | Atlantico.fr
Atlantico, c'est qui, c'est quoi ?
Newsletter
Décryptages
Pépites
Dossiers
Rendez-vous
Atlantico-Light
Vidéos
Podcasts
High-tech
Facebook autorise désormais les photos et vidéos... de décapitation
©

Des likes sans queue ni tête

Facebook autorise désormais les photos et vidéos... de décapitation

Tant que les contenus n'en font pas l'apologie, le réseau social n'y trouve rien à redire. Une étonnante règle de modération...

Il y a de quoi perdre la tête en cherchant une logique aux règles de modération de Facebook... Le réseau social américain, si prompt à censurer des contenus dénudés - même si ce sont des œuvres d'art mondialement reconnues ou des magazines affichés dans l'espace public - a décidé de laisser passer à travers ses filets... les photos et vidéos de décapitation !

La découverte de cette nouvelle règle vient d'outre-manche. Alertée par un internaute, la BBC a en effet noté que Facebook se refusait désormais à censurer une vidéo prénommée "Défi: est-ce que quelqu'un arrivera à regarder cette vidéo ?" où un homme masqué décapitait une jeune femme... "Nous avons été alertés par un lecteur qui voulait faire enlever une vidéo filmée au Mexique, dans laquelle un homme masqué coupe la tête d'une femme. Ce lecteur disait que Facebook avait refuser de retirer cette vidéo" note la BBC. Justification de Facebook : ces contenus sont utiles s'ils servent... à condamner la violence ! "Les gens partagent cette vidéo pour la condamner. S’ils en faisaient l’apologie, ou si les agissements filmés étaient encouragés, notre approche serait différente" explique le réseau.

Le tollé est tel en Grande-Bretagne que même David Cameron s'est exprimé sur ce sujet - et sur Twitter :

La décapitation plutôt que la nudité - allant même jusqu'à censurer des photos d'allaitement : le choix éditorial de Facebook laisse songeur...

Lire à ce sujet : "Quand Facebook s'étouffe au moindre poil en vue mais se fiche éperdument de la protection des mineurs"

En raison de débordements, nous avons fait le choix de suspendre les commentaires des articles d'Atlantico.fr.

Mais n'hésitez pas à partager cet article avec vos proches par mail, messagerie, SMS ou sur les réseaux sociaux afin de continuer le débat !