Facebook bientôt accessible aux moins de 13 ans ? | Atlantico.fr
Atlantico, c'est qui, c'est quoi ?
Newsletter
Décryptages
Pépites
Dossiers
Rendez-vous
Atlantico-Light
Vidéos
Podcasts
International
Facebook bientôt accessible aux moins de 13 ans ?
©

Statut : en couches

Facebook bientôt accessible aux moins de 13 ans ?

La branche britannique du réseau social souhaite abaisser le plancher légal d'inscription.

La limite d'âge de 13 ans était jusqu'à présent le seul obstacle à une inscription sur le réseau social Facebook. Ce verrou pourrait bientôt sauter sous la pression de la branche britannique du groupe, qui engagera le mois prochain un débat sur la question.

La firme avance que nombreux enfants de moins de 13 ans enfreignent déjà la règle en mentant sur leur âge. Bloqué aux Etats-Unis par sa législation domestique, qui empêche de collecter des informations personnelles sur les mineurs de moins de 13 ans (comme en France), Facebook fait pression pour abaisser le plancher légal dans plusieurs pays.

Le créateur et PDG de Facebook avait déjà exprimé il y a un an le souhait de voir cette limite sauter : “Ma philosophie est que pour l'éducation, il faut commencer tôt, très tôt”, a-t-il déclaré à CNNMoneyPour convaincre les autorités et les associations, sa firme travaille au renforcement de ses mécanismes de protection de la vie privée.

Le groupe Facebook a souhaité réagir suite à la publication de cet article :

« Nous ne savons pas comment le Times a conclu, suite à sa conversation avec Simon Milner, à une ouverture de la plateforme aux moins de 13 ans. Rien de ce qui a été dit au cours de cette conversation ne diffère de notre position sur ce sujet : la présence des mineurs sur Facebook et sur Internet est un sujet important à nos yeux et nous travaillons avec l’ensemble des acteurs de l’Internet pour trouver des solutions permettant de garantir une protection optimale des mineurs. En aucun cas, le titre du Times ne reflète la teneur réelle de cette interview. »


En raison de débordements, nous avons fait le choix de suspendre les commentaires des articles d'Atlantico.fr.

Mais n'hésitez pas à partager cet article avec vos proches par mail, messagerie, SMS ou sur les réseaux sociaux afin de continuer le débat !