Facebook : un homme tue sa femme puis poste la photo | Atlantico.fr
Atlantico, c'est qui, c'est quoi ?
Newsletter
Décryptages
Pépites
Dossiers
Rendez-vous
Atlantico-Light
Vidéos
Podcasts
Faits divers
Facebook : un homme tue sa femme puis poste la photo
©

Meurtre 2.0

Facebook : un homme tue sa femme puis poste la photo

Derek Medina est actuellement interrogé par la police, à laquelle il s'est rendu.

Difficile pour Facebook d'empêcher les publications spontanées qui violent toutes ses règles d'utilisation. Preuve en a été faite aujourd'hui avec un cas des plus extrêmes. Un habitant de Miami, en Floride, a réussi à poster une photo de sa femme qu'il venait de tuer. Selon un responsable de la police de Miami, Derek Medina "s'est rendu à la police il y a quelques heures pour avouer son crime et est actuellement interrogé".

Le trentenaire a abattu par balle son épouse de 26 ans plus tôt dans la journée, publiant dans la foulée une photo de son corps ensanglanté, agrémenté d'une légende "Paix à ton âme Jennifer Alonso". "Je vais aller en prison ou être condamné à mort pour avoir tué ma femme, je vous aime mes amis, vous allez me manquer, prenez soin de vous, les gens de Facebook vous allez me voir aux informations. Ma femme me battait, je ne peux supporter un tel abus voilà pourquoi j'ai fait ce que j'ai fait. J'espère que vous me comprendrez", avait-il posté en guise de statut quelques minutes plus tôt.

"Nous avons pris les mesures nécessaires : nous avons supprimé les publications et désactivé le profil puis nous avons contacté les autorités. Nous prenons des mesures pour toutes les publications qui enfreignent nos conditions d'utilisation clairement exposées sur le site", a expliqué un porte-parole de Facebook à l'Associated Press, indiquant que ce contenu avait été signalé par des internautes. Deux pages "Derek Medina", suivies à elles deux par près de 400 personnes, ont été créées sur le réseau social dans la foulée de la révélation de ce fait divers.

Lu sur l'Huffington Post

En raison de débordements, nous avons fait le choix de suspendre les commentaires des articles d'Atlantico.fr.

Mais n'hésitez pas à partager cet article avec vos proches par mail, messagerie, SMS ou sur les réseaux sociaux afin de continuer le débat !