Explosion à Saint-Pétersbourg : ce que l’on sait ce mardi | Atlantico.fr
Atlantico, c'est qui, c'est quoi ?
Newsletter
Décryptages
Pépites
Dossiers
Rendez-vous
Atlantico-Light
Vidéos
Podcasts
International
Explosion à Saint-Pétersbourg : ce que l’on sait ce mardi
©Ruslan Shamukov / AFP

Le jour d'après

Explosion à Saint-Pétersbourg : ce que l’on sait ce mardi

Au moins 14 personnes ont été tuées dans l'explosion survenue ce lundi. L'attaque serait le fait d'un kamikaze d'origine kirghize, d'après le Kirghizstan.

Mise à jour : Selon les enquêteurs russes, le kamikaze présumé s'appelle Akbarjon Djalilov, 22 ans, originaire du Kirghizstan. Il serait aussi celui qui a déposé une bombe, finalement désamorcée dans une autre station. "Les conclusions de l'expertise génétique et les enregistrements des caméras de surveillance donnent des raisons de supposer que le même homme qui a commis l'attentat dans la rame de métro a laissé le sac avec l'engin explosif à la station Plochtchad Vosstaniïa" a indiqué un communiqué.

Au moins quatorze personnes tuées et des dizaines de blessées. Lundi, une explosion a frappé le métro de Saint-Pétersbourg à 14h40 heure locale, 13h40 heure de Paris, dans une rame du métro de la deuxième ville de Russie. Le wagon se trouvait entre deux stations d'une ligne très fréquentée qui traverse le centre de la ville. Peu après, vers 15h, plusieurs médias russes ont annoncé qu’un deuxième engin explosif avait également été retrouvé et neutralisé dans une autre station de métro. "Dans la station de métro Plochad Vosstaniïa, une bombe artisanale a été découverte et désamorcée à temps", a déclaré dans un communiqué le Comité antiterroriste.

L’enquête

Vladimir Poutine a indiqué que les services russes étudiaient "toujours toutes les éventualités : accidentelle, criminelle et avant tout une action à caractère terroriste". Le Comité d'enquête russe a en tous cas annoncé l'ouverture d'une enquête pour "acte terroriste". Selon l’agence Interfax, qui évoque une source proche de l'enquête, l'attaque serait imputable à un kamikaze qui a fait exploser une bombe. Ses explosifs étaient dissimulés dans un sac à dos. Selon la même source, le suspect, âgé de 23 ans, pourrait être lié à l'islam radical. Les services de sécurité du Kirghizistan ont estimé que l'auteur était d'origine kirghize. La police estimerait qu’il aurait également déposé le second engin explosif qui a pu être désamorcé à temps dans une station voisin.

Les réactions

Jean-Marc Ayrault a évoqué la "solidarité avec la Russie et les familles des victimes après le drame de Saint-Pétersbourg". Le président américain Donald Trump a appelé Vladimir Poutine pour lui présenter ses condoléances, après l'attentat qui a frappé le métro de Saint-Pétersbourg. "Le président Trump et le président Poutine ont convenu que le terrorisme devait être définitivement et rapidement vaincu", a indiqué la Maison Blanche dans un communiqué.

Lu sur 20 minutes

En raison de débordements, nous avons fait le choix de suspendre les commentaires des articles d'Atlantico.fr.

Mais n'hésitez pas à partager cet article avec vos proches par mail, messagerie, SMS ou sur les réseaux sociaux afin de continuer le débat !