Notre-Dame-des-Landes : Tensions lors de la nouvelle journée d'évacuations | Atlantico.fr
Atlantico, c'est qui, c'est quoi ?
Newsletter
Décryptages
Pépites
Dossiers
Rendez-vous
Atlantico-Light
Vidéos
Podcasts
France
Notre-Dame-des-Landes : Tensions lors de la nouvelle journée d'évacuations
©GUILLAUME SOUVANT / AFP

Heurts sur la ZAD

Notre-Dame-des-Landes : Tensions lors de la nouvelle journée d'évacuations

Les manœuvres d'expulsion se poursuivent sur la ZAD de Notre-Dame des Landes. Des zadistes et un gendarme ont été blessés ce mardi matin.

De nouvelles opérations d'expulsion ont débuté sur la ZAD de Notre-Dame-des-Landes ce mardi matin, depuis 6 heures. Treize squats ont déjà été démantelés lundi. Selon des informations du Figaro, il en reste une vingtaine à évacuer.  

La matinée de mardi a été marquée par de nouveaux heurts entre les forces de l'ordre et les derniers militants qui occupent la ZAD. Un gendarme a été touché par des cocktails Molotov ce matin. Les zadistes visaient un véhicule de gendarmerie, qui n'a pas été détruit. Des zadistes ont également été blessés par des tirs de grenades de désencerclement, utilisées par les forces de l'ordre. 

Ces incidents se sont déroulés dans les zones de la Chèvrerie et les Vraies Rouges. Les zadistes avaient appelé "tous ceux qui le peuvent à se rendre sur place, dès l'aube, pour faire obstacle aux forces de l'ordre".

Selon le ministre de l'Intérieur Gérard Collomb, les évacuations pourraient se poursuivre jusqu'à la fin de semaine. La préfète des Pays de la Loire, Nicole Klein, est également mobilisée sur ce dossier. Lors de la première journée d'évacuations, 2 500 gendarmes sont intervenus.Sept personnes ont été interpellées et placées en garde à vue dans la journée de lundi. L'opération d'évacuation de la ZAD vise à expulser toute personne n'ayant pas régularisé sa situation en déclarant de nouveaux projets agricoles. Selon des informations du Figaro, près de 250 zadistes seraient toujours sur place. Le Premier ministre Edouard Philippe a renoncé au projet de l'aéroport de Notre-Dame des Landes en janvier.   

Lu sur Le Figaro

En raison de débordements, nous avons fait le choix de suspendre les commentaires des articles d'Atlantico.fr.

Mais n'hésitez pas à partager cet article avec vos proches par mail, messagerie, SMS ou sur les réseaux sociaux afin de continuer le débat !