Europe : deux produits dangereux sur trois proviennent de Chine | Atlantico.fr
Atlantico, c'est qui, c'est quoi ?
Newsletter
Décryptages
Pépites
Dossiers
Rendez-vous
Atlantico-Light
Vidéos
Podcasts
Economie
L'année dernière, 2 072 alertes et 2 745 mesures de suivi ont ainsi été enregistrées à travers l'UE.
L'année dernière, 2 072 alertes et 2 745 mesures de suivi ont ainsi été enregistrées à travers l'UE.
©Reuters

Bilan

Europe : deux produits dangereux sur trois proviennent de Chine

La commissaire européenne en charge du dossier, Vera Jourova, "se rendra en Chine au mois de juin afin de discuter de la sécurité des produits avec les responsables chinois".

Selon les chiffres dévoilés ce mardi par la Commission européenne, qui présente son bilan des marchandises visées par une alerte en 2015, deux tiers des 2 000 produits considérés comme nocifs ou dangereux provenaient de Chine. 

Les Etats membres de l'UE ont listé de nombreux produits non-alimentaires, tels que des bijoux contenant des métaux lourds, ou des jouets présentant des risques de blessure. L'année dernière, 2 072 alertes et 2 745 mesures de suivi ont ainsi été enregistrées à travers l'UE. 

"À ce jour, la Chine a donné suite à 11 540 notifications", assure la Commission européenne, mais seulement un tiers de ces cas a été suivi de mesures coercitives. La commissaire européenne en charge du dossier, Vera Jourova, "se rendra en Chine au mois de juin afin de discuter de la sécurité des produits avec les responsables chinois", ajoute un communiqué.

Les jouets (27%) ont fait l'objet du plus grand nombre de notifications, devant les vêtements et les articles de mode (17%). Sur l'ensemble des marchandises, un quart des produits présentait un risque chimique, notamment en raison de la présence de métaux lourds comme le nickel et le plomb dans des bijoux fantaisie, alors que plus d'un produit sur cinq présentait un risque de blessure (22%).

>>>> À lire aussi : De très nombreux produits ménagers contiendraient des substances "indésirables" 

Lu sur Le Figaro

En raison de débordements, nous avons fait le choix de suspendre les commentaires des articles d'Atlantico.fr.

Mais n'hésitez pas à partager cet article avec vos proches par mail, messagerie, SMS ou sur les réseaux sociaux afin de continuer le débat !