Euro 2016 : expulsé, le chef des hooligans russes est immédiatement revenu en France | Atlantico.fr
Atlantico, c'est qui, c'est quoi ?
Newsletter
Décryptages
Pépites
Dossiers
Rendez-vous
Atlantico-Light
Vidéos
Podcasts
Sport
Euro 2016 : expulsé, le chef des hooligans russes est immédiatement revenu en France
©REUTERS/Jean-Paul Pelissier

Pas très dissuasif

Euro 2016 : expulsé, le chef des hooligans russes est immédiatement revenu en France

Alexandre Chpryguine a de nouveau été arrêté à Toulouse, lors du match Russie – Pays de Galles.

Tel un sparadrap, la France peine à se débarrasser de l'encombrant ultranationaliste russe Alexandre Chpryguine, chef des hooligans russes qui se sont démarqués par une violence extraordinaire au début de cet Euro. Arrêté et expulsé samedi dernier, il est tranquillement revenu en en France pour assister au match de son pays contre le Pays de Galles, ce lundi soir à Toulouse. "Alexandre Chpryguine a été placé en garde à vue et sa situation va faire l'objet soit d'un traitement administratif, soit d'une procédure judiciaire", a ainsi déclaré à l'AFP Pierre-Henry Brandet, porte-parole du ministère de l'Intérieur.

Surtout, Alexandre Chpryguine ne s'est pas caché de son retour, alignant les tweets depuis le stade et confirmant même sa présence à l'AFP. "J'ai seulement été expulsé, mon visa Schengen n'a pas été annulé, tous les tampons sont là. Je peux légalement me trouver en Union européenne. Je suis au match avec un billet. Il n'y a rien d'anormal." Le ministère de l'Intérieur assure que son visa a été annulé ce lundi, assorti d'une interdiction de territoire. Le sulfureux russe affirme être passé par les Alpes mais les autorités estiment qu'il s'est rendu à Barcelone puis a rejoint Toulouse par la route. Au moins une bonne nouvelle pour le ministre Cazeneuve, la Russie a finalement été éliminée de cet Euro et ne rejouera donc plus en France.

Lu sir Le Point

En raison de débordements, nous avons fait le choix de suspendre les commentaires des articles d'Atlantico.fr.

Mais n'hésitez pas à partager cet article avec vos proches par mail, messagerie, SMS ou sur les réseaux sociaux afin de continuer le débat !