Étude : la pollution aurait tué 100 000 personnes en Indonésie en un an | Atlantico.fr
Atlantico, c'est qui, c'est quoi ?
Newsletter
Décryptages
Pépites
Dossiers
Rendez-vous
Atlantico-Light
Vidéos
Podcasts
International
Étude : la pollution aurait tué 100 000 personnes en Indonésie en un an
©Antara Photo Agency / Reuters

Pas de fumée sans feu

Étude : la pollution aurait tué 100 000 personnes en Indonésie en un an

La fumée générée par les incendies de forêts, provoqués pour libérer du terrain pour les récoltes, est mortelle.

Le brouillard créé par la fumée des incendies de forêts aurait tué 100 000 personnes l'année dernière, selon une nouvelle étude des universités de Harvard et Columbia, qui sera publiée dans la revue Environmental Research Letters. C'est un drame écologique régulier : chaque année en Indonésie, de nombreux agriculteurs mettent le feu à des forêts et des champs de compost pour libérer de la place pour leurs cultures. Le brouillard qui en résulte se répand sur toute l'Asie du Sud-Est, et provoque des frictions entre l'Indonésie et ses voisins. Le bilan officiel du gouvernement indonésien des victimes du brouillard est de 19 personnes, y compris des pompiers. 

Selon l'étude, ce brouillard a provoqué 100 000 morts prématurées, 90% en Indonésie, le reste en Malaysie et à Singapour. Et le chiffre pourrait être sous-estimé car l'étude ne prend en compte que les adultes, bien qu'il y ait de nombreux indices liant cette pollution à des décès de nouveaux-nés. L'année dernière, une petite ville indonésienne avait mis en place une unité néonatale d'urgence dans le bureau du maire pour protéger les nouveaux-nés du nuage de pollution. 


Joko Widodo, président Indonésien. (Crédit photo : POOL / Reuters)

L'Indonésie est fréquemment accusée par les pays voisins et par les ONG écologistes de ne pas faire assez pour lutter contre ces feux. La pratique est illégale en Indonésie et le gouvernement s'y oppose formellement, mais les ONG signalent un conflit d'intérêts, étant donné que les terres ainsi "libérées" sont principalement dédiés à la récolte de palme pour faire de l'huile de palme, une des principales exportations du pays. Le gouvernement signale qu'il a dédié 3 700 soldats, près de 8 000 policiers et quatre Canadair à la lutte contre ces incendies. Joko Widodo, président de l'Indonésie, s'est donné comme objectif de régler le problème "en trois ans." 

L'étude se fonde sur un modèle climatologique pour estimer la probabilité d'une mort prématurée due à la pollution, produisant une fourchette de probabilités allant de 26 300 morts à 174 300, avec une moyenne à 100 300. "Ce serait un crime de ne pas agir immédiatement pour limiter le nombre de victimes," a déclaré Yuyun Indradi, activiste chez Greenpeace Indonesia.
 

A LIRE AUSSI : Ces cartes de la NASA qui font apparaître les zones où la pollution diminue et celles où elle s'aggrave

Lu sur la BBC

En raison de débordements, nous avons fait le choix de suspendre les commentaires des articles d'Atlantico.fr.

Mais n'hésitez pas à partager cet article avec vos proches par mail, messagerie, SMS ou sur les réseaux sociaux afin de continuer le débat !