Etats-Unis : un journaliste réclame une aide internationale contre le problème des armes à feu | Atlantico.fr
Atlantico, c'est qui, c'est quoi ?
Newsletter
Décryptages
Pépites
Dossiers
Rendez-vous
Atlantico-Light
Vidéos
Podcasts
International
Etats-Unis : un journaliste réclame une aide internationale contre le problème des armes à feu
©

Massacre

Etats-Unis : un journaliste réclame une aide internationale contre le problème des armes à feu

Les armes à feu ont fait 1 384 171 victimes aux Etats-Unis depuis 1968.

La fusillade du Washington Navy Yard en a ajouté treize de plus. Treize quoi ? Morts, bien entendu. Depuis 1968, les Etats-Unis ont perdu 1 384 171 personnes à cause des armes à feu. Un chiffre supérieur à l'ensemble des pertes recensées durant les guerres menées par le pays (1 117 177 morts).

Une tribune de The Observer, signée de la main d'Henry Porter, suggère de faire appel à une aide internationale pour régler le problème des armes dans le pays. "Et si on ne pensait plus les fusillades comme un problème strictement américain, mais plutôt comme une crise humanitaire internationale ? Une quasi-guerre civile, qui nécessite une intervention étrangère ?", s'interroge-t-il. Il ajoute : "En tant que citoyens du monde, peut-être devrions-nous exiger que la souffrance d’innombrables familles, la mutilation et le meurtre de leurs enfants, prennent fin –exactement comme le fait l’Amérique à chaque fois qu’un nouveau conflit civil éclate dans un recoin du globe".

Une grande partie des journalistes américains souligne également que Barack Obama ne peut rien faire contre le lobby des armes et la volonté de ses concitoyens d'avoir le droit d'en posséder. "Faute de vouloir et pouvoir interdire les armes, [le président] pourrait mettre en place des réformes moins révolutionnaires (...) Bien que les Américains ne soient pas favorables à une restriction généralisée du port d’armes, ils sont en faveur de mesures plus ciblées. Ainsi, selon un sondage CNN/ORC, la majorité des Américains sont pour que les propriétaires d’armes fassent l’objet de des recherches plus poussées sur leur passé. Ils soutiennent également l’interdiction des chargeurs de grande capacité, ceux dont disposaient par exemple les tueurs de Sandy Hook et d’Aurora, ainsi que celle des armes semi-automatiques", écrivait Daphnée Denis après la tuerie de Newton, en 2012.

Un appel vain, le projet de loi de Barack Obama qui allait en ce sens a été rejeté par le Congrès en avril dernier. En cause, le lobby des armes, évidemment. Une situation qui désespère Henry Porter : "Nous avons atteint le point où ceci n’est plus un problème domestique. Le reste du monde ne peut pas rester négligemment sans rien faire".

Lu sur Slate

En raison de débordements, nous avons fait le choix de suspendre les commentaires des articles d'Atlantico.fr.

Mais n'hésitez pas à partager cet article avec vos proches par mail, messagerie, SMS ou sur les réseaux sociaux afin de continuer le débat !