États-Unis : Trump remporte les voix des Américains vivant en Israël (mais avec 65 points de moins que Mitt Romney) | Atlantico.fr
Atlantico, c'est qui, c'est quoi ?
Newsletter
Décryptages
Pépites
Dossiers
Rendez-vous
Atlantico-Light
Vidéos
Podcasts
International
États-Unis : Trump remporte les voix des Américains vivant en Israël (mais avec 65 points de moins que Mitt Romney)
©REUTERS/Rick Wilking

Premier scrutin

États-Unis : Trump remporte les voix des Américains vivant en Israël (mais avec 65 points de moins que Mitt Romney)

Cette frange de l'électorat américain reflète à la fois les grandes tendances de la campagne et l'évolution des mentalités sur l'alliance entre les États-Unis et Israël.

Donald Trump a remporté les voix des israélo-américains qui ont d'ores et déjà voté par courier depuis Israël, selon un sondage de l'institut iVoteIsrael. Mais son score ne donne pas de quoi pavoiser : il a remporté 49% des voix contre 44% pour Hillary Clinton ; par comparaison, en 2012, Mitt Romney avait remporté 84% des voix des israélo-américains, contre seulement 14% pour Barack Obama. 

65% des électeurs du même sondage avaient une opinion défavorable de Trump, et 64% avaient une opinion défavorable d'Hillary Clinton ; 49% des sondés ont cité comme motif principal de leur vote "le danger de l'élection de l'autre candidat". 43% des électeurs ont cité la politique étrangère comme le sujet le plus important déterminant leur choix. 

Ce sondage reflète donc le caractère très particulier de cette élection américaine : un Donald Trump qui, allant à l'encontre des thèmes républicains traditionnels, prônant par exemple un retrait en politique étrangère, aliène une partie de son électorat, mais engrange néanmoins un certain nombre de voix à cause des défauts perçus de son adversaire Hillary Clinton. Le tout dans un contexte de perte de confiance généralisée envers la classe politique et les élites. 

Le vote reflète également les relations parfois compliquées entre les États-Unis, Israël, et la communauté juive-américaine, et l'évolution de la manière dont l'alliance entre les deux pays est vue dans la politique américaine. Si Hillary Clinton se situe historiquement dans l'aile des "faucons" du Parti démocrate, elle fut néanmoins le secrétaire d'État de Barack Obama dont l'accord nucléaire avec l'Iran a été très mal vu en Israël. A contrario, si Donald Trump a officiellement pris des positions très pro-Israël, il reste vu comme le candidat du retrait américain du Moyen-Orient, et a été accusé de sympathie envers des mouvements racistes et anti-sémites comme le Ku Klux Klan

Lu sur le Jerusalem Post

En raison de débordements, nous avons fait le choix de suspendre les commentaires des articles d'Atlantico.fr.

Mais n'hésitez pas à partager cet article avec vos proches par mail, messagerie, SMS ou sur les réseaux sociaux afin de continuer le débat !