Etats-Unis : quand les efforts de lutte anti-terroriste sont sapés par Al-Qaïda | Atlantico.fr
Atlantico, c'est qui, c'est quoi ?
Newsletter
Décryptages
Pépites
Dossiers
Rendez-vous
Atlantico-Light
Vidéos
Podcasts
International
Etats-Unis : quand les efforts de lutte anti-terroriste sont sapés par Al-Qaïda
©

Tout est à refaire

Etats-Unis : quand les efforts de lutte anti-terroriste sont sapés par Al-Qaïda

Selon le New-York Times, la fuite d'un éventuel complot d'Al-Qaïda contre les Etats-Unis a causé des dommages plus immédiats à la politique anti-terroriste du pays que les milliers de documents secrets révélés par Edward Snowden.

Lutter contre le terrorisme est un travail de longue haleine : les Etats-Unis sont bien placés pour le savoir. Les résultats aux efforts consentis ne s'observent que des mois voire des années après. Bien souvent d'ailleurs, le grand public n'est au courant de rien - tout se joue dans le plus grand secret. Sauf lorsqu'un individu décide de tout balancer comme c'est le cas dans le cadre de l'affaire Snowden... En effet, aux Etats-Unis, les agences d'espionnage continuent d'évaluer les conséquences des révélations faites par cet ancien ingénieur de la NSA sur leurs programmes de surveillance. Des millions de documents secrets révélés en plein jour. A priori, il n'y a pas pire scénario pour la politique étrangère du pays...

Mais, à en croire le New-York Times, un autre événement récent s'avère beaucoup plus calamiteux. Il s'agit de l'interception en août dernier de messages contenant des menaces d’attentats entre le numéro un d’Al-Qaïda, Ayman al-Zawahir et son pendant local au Yémen, Nasser al-Wuhayshi.

Depuis la mise à jour de ces messages, les analystes ont détecté une très forte baisse de l'utilisation par les terroristes de leurs canaux traditionnels de communication. Sachant qu'ils se trouvent sous surveillance, les membres d'Al-Qaïda utilisent en effet d'autres moyens. Dès lors, après des années d'investigations acharnées, les responsables américains vont devoir tout reprendre à la base et tenter de trouver une nouvelle manière de surveiller les messages électroniques et les conversations téléphoniques entre les différents chefs de l'organisation terroriste.

Toujours selon le New-York Times, l'affaire Snowden de son côté n'avait pas entraîné de tels problèmes. En effet, après les révélations de l'ingénieur de la NSA, les analystes ont constaté que les terroristes continuaient d'utiliser les mêmes moyens de communication, essentiellement pour parler des informations dévoilées par Edward Snowden d'ailleurs. En réalité, certains hauts responsables américains estiment que le scandale de la NSA a eu un impact beaucoup plus important sur la sécurité nationale plus que sur la politique de lutte contre le terrorisme.

Pour rappel, l’interception de messages contenant des menaces d’attentats entre le numéro un d’Al-Qaïda, Ayman al-Zawahiri, et le chef de la filiale dans la Péninsule arabique a été le déclencheur de la décision de Washington de fermer une vingtaine d’ambassades et de consulats américains. La France et le Royaume-Uni avaient fait de même.

En raison de débordements, nous avons fait le choix de suspendre les commentaires des articles d'Atlantico.fr.

Mais n'hésitez pas à partager cet article avec vos proches par mail, messagerie, SMS ou sur les réseaux sociaux afin de continuer le débat !