Etats-Unis : pas d'accord budgétaire, les services fédéraux ferment | Atlantico.fr
Atlantico, c'est qui, c'est quoi ?
Newsletter
Décryptages
Pépites
Dossiers
Rendez-vous
Atlantico-Light
Vidéos
Podcasts
Economie
Plus de 800 000 fonctionnaires fédéraux vont être mis en congés sans solde dès mardi.
Plus de 800 000 fonctionnaires fédéraux vont être mis en congés sans solde dès mardi.
©Reuters

Shutdown

Etats-Unis : pas d'accord budgétaire, les services fédéraux ferment

Le Congrès a échoué à voter une loi de finances avant l'heure limite. La Maison Blanche a ordonné aux agences fédérales de cesser leurs activités lundi peu avant minuit (6h en France ce mardi).

Cela semblait inéluctable. Le Congrès américain n'a pas trouvé d'accord pour voter une loi de finances avant le début du nouvel exercice budgétaire. Conséquence : la Maison Blanche a ordonné aux agences fédérales, lundi peu avant minuit (6h en France ce mardi), de cesser leurs activités. C'est la première fois depuis l'hiver 1995-96 qu'intervient un "government shutdown" (fermeture des services fédéraux).

Quelque 800 000 fonctionnaires, sur un total de plus de deux millions, devraient être mis en congés sans solde dès mardi matin. Les effectifs des administrations seront réduits au minimum vital, précise le Nouvel ObservateurLundi, Barack Obama a mis en garde le Congrès contre les conséquences d'une impasse budgétaire : la paralysie "gripperait les rouages de notre économie au moment où elle redémarrait", a-t-il dit.

Sans surprise, le Sénat (majoritairement démocrate) a rejeté par deux fois lundi des projets de loi de finances élaborés par la Chambre des représentants (dominée par les républicains). Dans la soirée, les républicains ont annoncé qu'ils entendaient voter une nouvelle fois dans la nuit. Problème : le texte, jugé inacceptable par les démocrates, sabordait la loi sur l'assurance-maladie (Obamacare). 

Malgré la fermeture partielle de l'Etat fédéral, plusieurs millions d'Américains vont découvrir ce mardi cette réforme du système de santé. Désormais, les non-assurés pourront - quelle que soit leur situation professionnelle ou financière - choisir un contrat d'assurance maladie à prix compétitif sur un portail Internet mis en place par le gouvernement, explique Le Monde.

Lu sur Le Nouvel Observateur

En raison de débordements, nous avons fait le choix de suspendre les commentaires des articles d'Atlantico.fr.

Mais n'hésitez pas à partager cet article avec vos proches par mail, messagerie, SMS ou sur les réseaux sociaux afin de continuer le débat !