Etats-Unis : les Républicains George W. Bush et Mitt Romney ne voteront pas pour Donald Trump | Atlantico.fr
Atlantico, c'est qui, c'est quoi ?
Newsletter
Décryptages
Pépites
Dossiers
Rendez-vous
Atlantico-Light
Vidéos
Podcasts
International
Etats-Unis : les Républicains George W. Bush et Mitt Romney ne voteront pas pour Donald Trump
©capture d'écran Huffington Post / Dailymotion

Positionnement

Etats-Unis : les Républicains George W. Bush et Mitt Romney ne voteront pas pour Donald Trump

Cette annonce met en difficulté le Parti républicain.

Ils ne suivront pas la ligne du parti : l'ancien président républicain George W. Bush et le rival de Barack Obama en 2012, Mitt Romney, ne soutiendront pas le candidat de leur parti, Donald Trump pour l'élection présidentielle de novembre prochain.

D'autres membres éminent du Parti républicain sont dans le même cas, révèle le New York Time. "Bien plus tôt que prévu, un nombre croissant d'éminents républicains se demandent jusqu'où ils peuvent aller en révélant qu'ils ne soutiendront pas sa réélection - ou pourraient même voter pour Joseph R. Biden Jr, le candidat démocrate présumé", écrit le journal. "Ils ressentent une nouvelle urgence en raison de la réponse incendiaire de M. Trump aux protestations contre la brutalité policière, en plus de sa mauvaise gestion de la pandémie de coronavirus", explique le quotidien.

Jeb Bush, ancien gouverneur de la Floride et frère de George W. Bush, ou Cindy McCain, veuve du sénateur John McCain, ne soutiendront pas non plus le président sortant. D'autres grands noms du parti, comme les anciens présidents de la Chambre des représentants Paul Ryan et John Boehner, ne souhaitent pas commenter leur vote - un silence révélateur.

George W. Bush, Mitt Romney et Cindy McCain n'avaient déjà pas soutenu Trump en 2016. Mais la situation est peu comparable : à l'époque, Donald Trump n'était que candidat à l'investiture et beaucoup doutaient qu'il puisse l'emporter. Rien à voir, donc, avec le fait de s'opposer publiquement à un président en exercice. Ne pas soutenir sa réelection, c'est potentiellement mettre à mal les priorités politiques du parti, comme la nomination de juges conservateurs, le maintien de réglementations favorables aux entreprises et la réduction des impôts.

 

New York Times

En raison de débordements, nous avons fait le choix de suspendre les commentaires des articles d'Atlantico.fr.

Mais n'hésitez pas à partager cet article avec vos proches par mail, messagerie, SMS ou sur les réseaux sociaux afin de continuer le débat !