États-Unis : Hillary Clinton aurait utilisé sa position comme secrétaire d'État pour aider un donateur de sa fondation privée | Atlantico.fr
Atlantico, c'est qui, c'est quoi ?
Newsletter
Décryptages
Pépites
Dossiers
Rendez-vous
Atlantico-Light
Vidéos
Podcasts
International
États-Unis : Hillary Clinton aurait utilisé sa position comme secrétaire d'État pour aider un donateur de sa fondation privée
©CBS News

Influence

États-Unis : Hillary Clinton aurait utilisé sa position comme secrétaire d'État pour aider un donateur de sa fondation privée

Pour la première fois, une preuve d'influence des donateurs de la famille Clinton sur la politique du Département d'État américain.

De nouveaux emails d'un conseiller d'Hillary Clinton montrent des liens entre les activités de sa fondation privée et ses activités comme secrétaire d'État. La fondation de la famille Clinton reçoit de grandes donations, y compris de personnes riches et de grandes entreprises, et il y a toujours eu des soupçons que ses donations pouvaient être des contreparties de faveurs politiques des Clinton, ce qui pourrait ressembler à une forme de corruption ou de trafic d'influence.

Pour la première fois, un des emails d'Hillary Clinton semble démontrer que ce genre d'activités a effectivement eu lieu. Dans un échange de mails de 2009, Doug Band, un responsable de la Fondation Clinton, écrit qu'il est "important de bien s'occuper" d'un individu, dont le nom est caché ; Huma Abedin, proche conseiller d'Hillary Clinton, répond que "le personnel est entrain de lui envoyer des options". En clair, un donateur de la famille Clinton utilise son influence pour faire passer un CV au cabinet d'Hillary Clinton afin d'obtenir une offre de recrutement.

Dans un autre échange de mails, encore en 2009, le même Doug Band demande au directeur de cabinet d'Hillary Clinton, Cheryl Mills, que Gilbert Chagouy, un milliardaire nigério-libanais, soit mis en relation avec "une personne de substance" au Département d'État américain sur les affaires libanaises ; l'homme a donné entre 1 et 5 millions de dollars à la Fondation Clinton, selon les données publiques de la Fondation. 

Les emails, qui font partie des emails qu'Hillary Clinton a envoyé à partir du serveur privé qu'elle utilisait pendant qu'elle était secrétaire d'État afin d'éviter qu'ils soient archivés et soumis aux lois américaines sur la transparence des communications inter-gouvernementales, ont été publiés par Judicial Watch, un groupe de pression de droite. Lorsque son serveur a été découvert, Hillary Clinton a déclaré qu'elle avait transmis tous ses emails liés à son travail au gouvernement, mais depuis d'autres emails cachés ont été trouvés. Le directeur du FBI, James Comey, a précédemment déclaré que ses enquêteurs ont trouvé "plusieurs milliers" de mails professionnels d'Hillary Clinton qui n'avaient pas été soumis au gouvernement. 

"Aucun de ces emails n'implique la secrétaire d'État ou concerne le travail de la fondation", a déclaré un porte-parole d'Hillary Clinton, pour nier qu'il y a eu trafic d'influence. "Il n'est pas inhabituel que des candidats soient recommandés au Département à travers divers moyens. [...] [Les responsables du Département] sont régulièrement en contact avec de nombreux individus et organisations", a déclaré une porte-parole du Département d'État. "Le fait que la Fondation Clinton était entrain de demander des faveurs moins de 3 mois après l'installation d'Hillary Clinton au Département d'État est extrêmement troublant. C'est encore un élément qui montre les conflits d'intérêts et les petits arrangements entre amis qu'il y aurait si Hillary Clinton était élue à la Maison-Blanche", a déclaré un porte-parole du Comité national républicain.

Lu sur Bloomberg

En raison de débordements, nous avons fait le choix de suspendre les commentaires des articles d'Atlantico.fr.

Mais n'hésitez pas à partager cet article avec vos proches par mail, messagerie, SMS ou sur les réseaux sociaux afin de continuer le débat !