Etats-Unis : Donald Trump s'attaque grossièrement à Hillary Clinton | Atlantico.fr
Atlantico, c'est qui, c'est quoi ?
Newsletter
Décryptages
Pépites
Dossiers
Rendez-vous
Atlantico-Light
Vidéos
Podcasts
International
Devant des milliers de partisans, Donal Trump est revenu sur le débat entre les trois candidats démocrates.
Devant des milliers de partisans, Donal Trump est revenu sur le débat entre les trois candidats démocrates.
©Reuters

Savoir vivre

Etats-Unis : Donald Trump s'attaque grossièrement à Hillary Clinton

Donald Trump a notamment formulé des attaques à connotation sexuelle contre le président Barack Obama et Hillary Clinton, anciens adversaires lors des primaires démocrates de 2008.

Lors d'un meeting lundi soir dans l'Etat du Michigan, le milliardaire candidat à la Maison Blanche n'a pas hésité à utiliser la vulgarité pour s'en prendre personnellement à Hillary Clinton, évoquant son écœurement à l'idée que la candidate démocrate se rende aux toilettes. Devant des milliers de partisans, Donal Trump est revenu à sa manière sur le débat entre les trois candidats démocrates de samedi.

Après une pause publicitaire, le débat a repris en direct sans Hillary Clinton, visiblement en retard car les toilettes pour femmes étaient éloignées. "Je regarde le débat et elle disparaît, où est-elle allée?! (…) Je sais où elle est allée, c'est dégoûtant, je ne veux pas en parler (…) Non, c'est trop dégoûtant. Ne le dites pas, c'est dégoûtant, n'en parlons pas", a lancé le milliardaire. 

Donald Trump a ensuite formulé des attaques à connotation sexuelle entre le président Barack Obama et Hillary Clinton, anciens adversaires lors des primaires démocrates de 2008 : "Elle allait le battre, elle était la favorite mais elle s'est fait mettre, elle a perdu", a-t-il alors déclaré. En août 2015, Donald Trump s'était déjà attaqué à une femme avec vulgarité, Megyn Kelly, une journaliste de Fox News qui l'avait, selon lui, maltraité lors d'un débat. "On pouvait voir du sang sortir de ses yeux, du sang sortir de son... où que ce soit", avait-il lancé.

Lu sur Europe 1

En raison de débordements, nous avons fait le choix de suspendre les commentaires des articles d'Atlantico.fr.

Mais n'hésitez pas à partager cet article avec vos proches par mail, messagerie, SMS ou sur les réseaux sociaux afin de continuer le débat !