Etat islamique : les rebelles prennent Dabiq, l'offensive sur Mossoul se précise | Atlantico.fr
Atlantico, c'est qui, c'est quoi ?
Newsletter
Décryptages
Pépites
Dossiers
Rendez-vous
Atlantico-Light
Vidéos
Podcasts
International
Etat islamique : les rebelles prennent Dabiq, l'offensive sur Mossoul se précise
©Reuters

L'étau se resserre

Etat islamique : les rebelles prennent Dabiq, l'offensive sur Mossoul se précise

En Syrie, comme en Irak, les djihadistes perdent du terrain sur leurs fiefs historiques.

Ce n'est pas encore Raqqa, la "capitale" de l'Etat islamique en Syrie, mais c'est une véritable prise de guerre. La petite ville de Dabiq, à la frontière avec la Turquie a été reprise par les rebelles syriens, avec l'appui de l'armée turque, selon l’Observatoire syrien des droits de l’homme. Ville-symbole pour l'Etat islamique, elle avait même donné son nom au principal magazine de propagande du groupe djihadistes. Selon l'agence de presse turque Anadolu, 9 rebelles et 28 terroristes ont été tués lors de l'assaut. Dabiq a longtemps été présenté par les théoriciens de l'Etat islamique comme le champ de bataille qui opposeront les forces musulmanes à ses ennemis, juste avant la fin du monde. Après les premières incursions des rebelles, le groupe a dû changer son discours sur le sujet.

La guerre fait aussi rage, de l'autre côté de la frontière, en Irak, où l'offensive sur Mossoul se prépare. Ce dimanche, l'armée irakienne a envoyé des milliers de tracts pour prévenir la population de son imminence. "Le temps de la victoire est venu. Il est temps de glorifier un Irak pur, débarrassé de Daech ou de toute idéologie douteuse" peut-on y lire. Voilà des semaines que les forces peshmergas et de l'armée irakienne, encerclent la région de la seconde ville du pays. Les combats s'annoncent acharnés, l'Etat islamique s'étant préparé à cette offensive. 

A LIRE AUSSI - "Pourquoi j'ai quitté l'Etat Islamique" : les confessions d'une recrue française

Lu sur Le Monde

En raison de débordements, nous avons fait le choix de suspendre les commentaires des articles d'Atlantico.fr.

Mais n'hésitez pas à partager cet article avec vos proches par mail, messagerie, SMS ou sur les réseaux sociaux afin de continuer le débat !