Etat islamique : les rapports de l'armée américaine sur les opérations menées en Syrie pourraient avoir été falsifiés | Atlantico.fr
Atlantico, c'est qui, c'est quoi ?
Newsletter
Décryptages
Pépites
Dossiers
Rendez-vous
Atlantico-Light
Vidéos
Podcasts
International
Etat islamique : les rapports de l'armée américaine sur les opérations menées en Syrie pourraient avoir été falsifiés
©Reuters

Entourloupe

Etat islamique : les rapports de l'armée américaine sur les opérations menées en Syrie pourraient avoir été falsifiés

Selon le Daily Beast, 50 analystes accuseraient les Hauts responsables du commandement militaire américain au Moyen-Orient de modifier les rapports.

La stratégie américaine de lutte contre l'Etat islamique (EI) a récemment été tournée au ridicule lorsque le chef du commandement militaire américain au Moyen-Orient (Centcom)  a été interrogé par le Sénat sur les progrès réalisés en Syrie. En effet, Lloyd J. Austin a reconnu devant le Comité des services armés du Sénat, que depuis 10 mois, moins de 10 syriens formés par les Etats-Unis combattaient sur le terrain, alors que 43 millions de dollars ont été alloués à la formation militaire de 5000 Syriens.

Abasourdis, les sénateurs ont demandé au Haut gradé s'il s'agissait d'une "blague" et affirmé que ce résultat était "un échec lamentable". Le sénateur John McCain, président du comité, a évoqué les éloges faites par l'armée sur l'avancée du projet militaire destiné à évincer le groupe terroriste. Comment expliquer que les rapports remis par les autorités militaires aux sénateurs américains vantent l'avancée majeure du projet de la coalition internationale menée par les Etats-Unis contre l'Etat islamique ?

Selon le Daily Beast, des Hauts responsables du renseignement au commandement militaire américain au Moyen-Orient auraient apporté certaines modifications aux rapports d'analyse de l'opération menée contre l'EI. Ainsi, les données affirmant que des frappes aériennes visaient à affaiblir les ressources financières et l'armement du groupe terroriste auraient peut-être été légèrement exagérées, selon deux fonctionnaires qui auraient connaissance d'une plainte déposée à l'encontre de Centcom par 50 analystes. "Il y avait la réalité sur le terrain, mais elle n'a pas été aussi rose que [la direction] le disait", a révélé un fonctionnaire proche de l'affaire au Daily Beast. "Le défi a été d'évaluer si le verre était à moitié vide ou à moitié plein". Les analystes reprochent à la direction de Centcom de leur avoir fait subir beaucoup de pression au sujet de la rédaction de ces rapports et dans certains cas, d'en avoir modifié le contenu à leur avantage. 

Lu sur le Daily Best

En raison de débordements, nous avons fait le choix de suspendre les commentaires des articles d'Atlantico.fr.

Mais n'hésitez pas à partager cet article avec vos proches par mail, messagerie, SMS ou sur les réseaux sociaux afin de continuer le débat !