Etat islamique : le Conseil de sécurité de l'ONU doit adopter une résolution pour frapper les djihadistes au portefeuille | Atlantico.fr
Atlantico, c'est qui, c'est quoi ?
Newsletter
Décryptages
Pépites
Dossiers
Rendez-vous
Atlantico-Light
Vidéos
Podcasts
International
Etat islamique : le Conseil de sécurité de l'ONU doit adopter une résolution pour frapper les djihadistes au portefeuille
©REUTERS/Carlo Allegri

Action

Etat islamique : le Conseil de sécurité de l'ONU doit adopter une résolution pour frapper les djihadistes au portefeuille

Selon des experts, l'EI engrange 80 millions de dollars de revenus par mois dans les vastes territoires sous son contrôle en Syrie et en Irak.

Mettre à terre l'Etat islamique. Par tous les moyens. Voici le grand objectif de la coalition. C'est pourquoi, ce jeudi, le Conseil de sécurité de l'ONU doit adopter une résolution qui a pour but de frapper les djihadistes du groupe au portefeuille en asséchant leurs sources de financement. Une dizaine de ministre des Finances seront présents.

La résolution, mis au point conjointement par Washington et Moscou, cible directement l'EI et s'efforce de resserrer l'étau. "Nous avons déjà de nombreux outils à notre disposition, mais il faut maintenant que les pays fassent ce qu'ils ont à faire" assure un diplomate. La résolution demande aux pays "d'agir de manière énergique et décisive pour couper les fonds et autres ressources économiques" de l'EI, dont le pétrole et le trafic d'antiquités, et pour sanctionner "de manière plus active" les soutiens financiers du groupe. 

Un comité de l'ONU est aussi chargé depuis quinze ans de geler les avoirs financiers de tous ceux qui financent des groupes liés à Al-Qaïda. Chaque pays est censé remettre dans un délai de quatre mois un rapport sur les mesures qu'il aura prises pour appliquer la résolution. Michel Sapin compte sur la "pression internationale" pour que tous les pays resserrent les mailles du filet. 

Selon des experts, l'EI engrange 80 millions de dollars de revenus par mois dans les vastes territoires sous son contrôle en Syrie et en Irak. La moitié vient de taxes prélevées sur les entreprises et les commerces et du pillage des ressources (dont les antiquités) et 40 % environ de la contrebande du pétrole et du gaz

En raison de débordements, nous avons fait le choix de suspendre les commentaires des articles d'Atlantico.fr.

Mais n'hésitez pas à partager cet article avec vos proches par mail, messagerie, SMS ou sur les réseaux sociaux afin de continuer le débat !