Etat islamique : la France a mené ses premières frappes en Irak depuis le porte-avions Charles de Gaulle | Atlantico.fr
Atlantico, c'est qui, c'est quoi ?
Newsletter
Décryptages
Pépites
Dossiers
Rendez-vous
Atlantico-Light
Vidéos
Podcasts
International
Les 26 chasseurs embarqués sur le porte-avions triplent la capacité de frappes française dans la région.
Les 26 chasseurs embarqués sur le porte-avions triplent la capacité de frappes française dans la région.
©Reuters

Opérationnel

Etat islamique : la France a mené ses premières frappes en Irak depuis le porte-avions Charles de Gaulle

"Nous allons intensifier nos frappes, nous allons choisir des cibles qui feront le plus de dégâts possible à cette armée terroriste" avait déclaré François Hollande plus tôt dans la journée.

Des sources militaires indiquent que plusieurs avions de chasse français ont décollé ce lundi du porte-avions français Charles-de-Gaulle, afin de réaliser des missions visant les zones contrôlées par le groupe État islamique en Irak et Syrie. "Nous allons intensifier nos frappes, nous allons choisir des cibles qui feront le plus de dégâts possible à cette armée terroriste" avait déclaré François Hollande plus tôt dans la journée. 

Ces chasseurs-bombardiers ont frappé des objectifs de l'Etat islamique sur le sol irakien, pour la première fois depuis le déploiement du porte-avions Charles de Gaulle en Méditerranée orientale, a indiqué le chef d'état-major des armées. Deux objectifs ont été détruits par ces frappes.

"Nous avons frappé à Ramadi et à Mossoul en appui au sol de forces locales qui étaient en progression contre des troupes de Daesh ", a expliqué le général Pierre de Villiers à bord du porte-avions. 

Des avions Rafale équipés de bombes ont été envoyés dans la matinée du pont d'envol du Charles-de-Gaulle. Les 26 chasseurs embarqués sur le porte-avions triplent la capacité de frappes française dans la région, en plus de 12 appareils stationnés aux Émirats arabes unis et en Jordanie.

Selon une source militaire française, les chasseurs du Charles-de-Gaulle - Rafale et Super Etendard - resteront hors de portée des défenses antiaériennes syriennes en volant au-dessus de la Turquie au nord ou par la Jordanie au sud. 

Afin d'éviter tout incident avec les Russes, présents militairement dans le nord-ouest de la Syrie, la coordination aérienne passe par le quartier général de la coalition conduite par les États-Unis au Qatar. Du point de vue maritime, les états-majors français et russe ont commencé ces derniers jours à échanger des informations, le porte-avions se situant dans une zone où la flotte russe est très présente, au large de la Syrie. 

 

 

Lu sur Le Point

En raison de débordements, nous avons fait le choix de suspendre les commentaires des articles d'Atlantico.fr.

Mais n'hésitez pas à partager cet article avec vos proches par mail, messagerie, SMS ou sur les réseaux sociaux afin de continuer le débat !