Etat islamique : "John le djihadiste" aurait été identifié par des médias anglo-saxons | Atlantico.fr
Atlantico, c'est qui, c'est quoi ?
Newsletter
Décryptages
Pépites
Dossiers
Rendez-vous
Atlantico-Light
Vidéos
Podcasts
International
Le terroriste britannique aurait été identifié
Le terroriste britannique aurait été identifié
©Reuters

Démasqué

Etat islamique : "John le djihadiste" aurait été identifié par des médias anglo-saxons

Il s'agirait de Mohammed Emwazi, un britannique d'origine koweitienne, élevé dans une famille aisée de l'ouest de Londres.

Il est l'un des visages emblématiques de l'Etat islamique. Ou plutôt une voix puisque dans chaque vidéo où il apparait, il ne laisse entrevoir que ses yeux. A cause de son accent londonien, la presse l'a rapidement surnommé "Jihadi John," en français "John le djihadiste." The Washington Post, rapidement suivi par The Guardian et la BBC affirment connaître sa véritable identité: il s'agirait de Mohammed Emwazi, 26 ans (ou 27 ans, selon les sources), jeune londonien, élevé dans les  quartiers ouest de la capitale dans une famille aisée d'origine koweitienne.

Le journal américain a ainsi questionné ses amis qui affirment reconnaître l'homme, diplômé de l'université de Westminster en programmation informatique. "Je n'ai aucun doute sur le fait que Mohammed est John le djihadiste" estime l'un d'eux, soulignant qu'il le considérait comme "un frère."

Un représentant d'une ONG britannique, en contact avec Mohammed Emwazi avant son départ en Syrie, confirme lui aussi son identité. " Il y a une ressemblance extrêmement forte" assure Asim Qureshi. L'homme se serait radicalisé en 2009, après un voyage en Tanzanie et aurait rejoint la Syrie en guerre en 2012. Avant cela, il serait parti travailler au Koweït avant de rentrer à Londres.

Selon la BBC, il était connu des services secrets britanniques. "Ils ont choisi de ne pas révéler son nom plus tôt pour des raisons opérationnelles" assure le journal.

"John le djihadiste" apparait dans plusieurs vidéos d'exécutions de l'Etat islamique, la première fois en août 2014 avec la mise à mort du journaliste américain James Foley. Récemment, il était présent lors des exécutions des otages japonais Haruna Yukawa et Kenji Goto.

Lu sur le Washington Post

En raison de débordements, nous avons fait le choix de suspendre les commentaires des articles d'Atlantico.fr.

Mais n'hésitez pas à partager cet article avec vos proches par mail, messagerie, SMS ou sur les réseaux sociaux afin de continuer le débat !