Etat islamique : François Hollande envisage des frappes en Syrie | Atlantico.fr
Atlantico, c'est qui, c'est quoi ?
Newsletter
Décryptages
Pépites
Dossiers
Rendez-vous
Atlantico-Light
Vidéos
Podcasts
International
Etat islamique : François Hollande envisage des frappes en Syrie
©Reuters

Chef de guerre

Etat islamique : François Hollande envisage des frappes en Syrie

La France n'exclut plus de mener des frappes contre l'Etat islamique en Syrie, en plus de celles menées en Irak, selon des informations du Monde.

La France envisage de frapper les djihadistes de l'Etat islamique (EI) en Syrie et non plus seulement en Irak, écrit Le Monde à la une de son édition à paraître samedi. Cette option, qui fait débat au gouvernement, est étudiée de près par l'exécutif. 

Selon Le Monde, le sujet a été abordé lors d’un conseil restreint de défense réuni par le président François Hollande, au matin du vendredi 4 septembre. Jusqu’ici, la France se contentait de participer à la campagne aérienne contre le groupe djihadiste en Irak, ainsi que de fournir des armes et des conseils aux rebelles dits "modérés". Or, l'échec de la coalition à faire reculter l'Etat islamique, l'exode des Syriens et la possibilité d'un renforcement de la présence militaire russe (la Russie étant un soutien de Bachar Al-Assad) sur le terrain pourrait inciter l'exécutif à changer son fusil d'épaule.

"Il ne serait pas aberrant d’avoir de la continuité dans notre action, là où on équipe, on forme, on soutient par ailleurs des forces" contre l’EI, c’est-à-dire en Syrie, a expliqué au Monde "une source de haut niveau". Un général français explique que "les centres de gravité de l’EI sont en Syrie, en ne frappant qu’en Irak, on fait du “containment”". C'est en effet depuis la Syrie que l’EI envoie les combattants armés qu’il forme, qu’il pilote sa propagande mondiale, et qu’il organise ses finances. 

Un "expert bien informé" assure donc que la décision de François Hollande "est prise". Le président devrait préciser ses orientations lors de sa conférence de presse de rentrée, lundi 7 septembre.

Les Britanniques, Canadiens et Américains, membres de la coalition, mènent déjà des frappes en Syrie.

Lu dans Le Monde

En raison de débordements, nous avons fait le choix de suspendre les commentaires des articles d'Atlantico.fr.

Mais n'hésitez pas à partager cet article avec vos proches par mail, messagerie, SMS ou sur les réseaux sociaux afin de continuer le débat !