Etat d'urgence : désaccord autour de la prolongation entre Manuel Valls et le Conseil d'Etat | Atlantico.fr
Atlantico, c'est qui, c'est quoi ?
Newsletter
Décryptages
Pépites
Dossiers
Rendez-vous
Atlantico-Light
Vidéos
Podcasts
Politique
Etat d'urgence : désaccord autour de la prolongation entre Manuel Valls et le Conseil d'Etat
©JACQUES DEMARTHON / AFP

Baston au sommet

Etat d'urgence : désaccord autour de la prolongation entre Manuel Valls et le Conseil d'Etat

"L’état d’urgence est un état de crise qui ne peut être renouvelé indéfiniment" a notamment indiqué le vice-président du Conseil d'Etat dans un entretien au Monde.

Désaccord au sommet. Alors que l'exécutif souhaite prolonger l'état d'urgence jusqu'à la présidentielle, un des responsables de la plus haute juridiction administrative de France s'alerte. Dans un entretien publié par le journal Le Monde ce vendredi, le vice-président du Conseil d'Etat a mis en garde le gouvernement sur la prolongation de cet état de crise.

"A ce jour, nous n’avons pas été saisis par le gouvernement d’un nouveau projet de prorogation", indique Jean-Marc Sauvé. "Si cela devait être le cas, l’assemblée générale du Conseil d’Etat prendrait ses responsabilités et donnerait son avis. Il ne m’est donc pas possible de me prononcer aujourd’hui sur ce sujet. Mais je le redis, et le Conseil d’Etat l’a écrit dès le 2 février, l’état d’urgence est un état de crise qui ne peut être renouvelé indéfiniment.

"Mais je le redis, et le Conseil d’Etat l’a écrit dès le 2 février, l’état d’urgence est un état de crise qui ne peut être renouvelé indéfiniment" avertit celui qui est vice-président du conseil d'Etat depuis 10 ans.

Et Manuel Valls n'a pas mis longtemps à répondre. Interrogé à Matignon sur les propos de Jean-Marc Sauvé, le Premier ministre a répondu que celui-ci avait "raison". Mais "le terrorisme est là et la menace est lourde", a-t-il justifié.

Lu sur Le Monde

En raison de débordements, nous avons fait le choix de suspendre les commentaires des articles d'Atlantico.fr.

Mais n'hésitez pas à partager cet article avec vos proches par mail, messagerie, SMS ou sur les réseaux sociaux afin de continuer le débat !