Estrosi : "Nicolas Sarkozy n'a pas l'intention de re-rentrer sur la scène politique" | Atlantico.fr
Atlantico, c'est qui, c'est quoi ?
Newsletter
Décryptages
Pépites
Dossiers
Rendez-vous
Atlantico-Light
Vidéos
Podcasts
France
Christian Estrosi s'est exprimé ce dimanche sur un éventuel retour de Nicolas Sarkozy
Christian Estrosi s'est exprimé ce dimanche sur un éventuel retour de Nicolas Sarkozy
©DR

Clair et net

Estrosi : "Nicolas Sarkozy n'a pas l'intention de re-rentrer sur la scène politique"

Le députe-maire de Nice était l'invité ce dimanche du Grand Rendez-vous Europe 1/Le Parisien/iTélé.

C'est LA question du moment. Nicolas Sarkozy va-t-il revenir sur le devant de la scène politique ? Tout le monde en parle. Tout le monde pronostique. Tout le monde donne son avis. Et à chaque fois les réponses diffèrent. En voilà une qui a son importance. Ce dimanche, c'est Christian Estrosi qui s'est prononcé sur le sujet. Le député-maire de Nice, qui est un ami de trente de l'ancien président et secrétaire général de l'association des Amis de Nicolas Sarkozy, a été ferme. Invité au Grand Rendez-vous Europe 1/Le Parisien/iTélé, il a assuré que Nicolas Sarkozy "n'a absolument pas" envie de "revenir en chef de parti". 

"Nicolas Sarkozy n'a pas l'intention de retomber dans le bain qui consiste à faire de la politique politicienne. Il n'a pas l'intention de re-rentrer sur la scène politique" a-t-il certifié.  Mais Christian Estrosi nuance quelque peu ses propos en assurant que l'ex-chef de l'Etat reste "une autorité morale de l'UMP" "que personne ne peut contester". Il est un "chef de la famille". En clair, Nicolas Sarkozy n'intervient pas dans les débats, mais sa parole a toujours son importance.

Ce samedi avait lieu la première fête de la Violette. L'occasion pour l'UMP de faire un grand raout pour montrer son unité. Mais lors de ce meeting, Nicolas Sarkozy était sur toutes les lèvres. Tous voulant se montrer le plus fidèle de son héritage. Faisant applaudir et scander le nom de Nicolas Sarkozy -"celui qui est dans notre cœur, sans cesse auprès de nous" et "a subi depuis un an les attaques et critiques les plus viles"- Jean-François Copé, le président du parti, a cherché à être le plus légitime d'entre eux. Reste à savoir ce que Nicolas Sarkozy décidera. 

En raison de débordements, nous avons fait le choix de suspendre les commentaires des articles d'Atlantico.fr.

Mais n'hésitez pas à partager cet article avec vos proches par mail, messagerie, SMS ou sur les réseaux sociaux afin de continuer le débat !