Essais nucléaires français en Polynésie : une plainte déposée pour crimes contre l'humanité | Atlantico.fr
Atlantico, c'est qui, c'est quoi ?
Newsletter
Décryptages
Pépites
Dossiers
Rendez-vous
Atlantico-Light
Vidéos
Podcasts
International
Essais nucléaires français en Polynésie : une plainte déposée pour crimes contre l'humanité
©AFP

Cour pénale internationale

Essais nucléaires français en Polynésie : une plainte déposée pour crimes contre l'humanité

Le dirigeant indépendantiste Oscar Temaru reproche à la France les essais nucléaires menés en Polynésie française et a annoncé mardi avoir porté plainte contre la France devant la Cour pénale internationale.

L'ex-président de la Polynésie au cours d'une réunion sur la Polynésie française organisée au sein d'une commission de l'ONU spécialisée sur les sujets de décolonisation a expliqué sa décision de porter plainte contre la France pour crimes contre l'humanité. "Nous le devons à toutes les personnes décédées des conséquences du colonialisme nucléaire". L'homme dénonce les essais nucléaires menés par la France à partir de 1966. Au total, c'est 193 essais qui ont été menés en 30 ans.

"C'est avec un grand sentiment du devoir et de détermination que le 2 octobre nous avons déposé une plainte auprès de la Cour pénale internationale pour crimes contre l'humanité. Cette poursuite en justice a pour objectif de demander des comptes à tous les présidents français vivants depuis le début des essais nucléaires contre notre pays" a-t-il expliqué.

Il ajoute : "Pour nous, les essais nucléaires français ne sont que le résultat direct d'une colonisation. Contrairement au discours français, nous n'avons pas accepté d'accueillir ces essais, ils nous ont été imposés avec la menace directe de l'établissement d'une gouvernance militaire si nous refusions". Selon ses déclarations, un "dialogue responsable" a été recherché avec "l'autorité administrative" depuis 2013, mais les appels à venir à la table des discussions ont été "ignorés et méprisés".

Lu sur BFMTV

En raison de débordements, nous avons fait le choix de suspendre les commentaires des articles d'Atlantico.fr.

Mais n'hésitez pas à partager cet article avec vos proches par mail, messagerie, SMS ou sur les réseaux sociaux afin de continuer le débat !