Podemos ne veut pas réserver des plages à des femmes voilées | Atlantico.fr
Atlantico, c'est qui, c'est quoi ?
Newsletter
Décryptages
Pépites
Dossiers
Rendez-vous
Atlantico-Light
Vidéos
Podcasts
Europe
Des plages réservées aux femmes voilées ont déjà été créées en Turquie et à Dubaï.
Des plages réservées aux femmes voilées ont déjà été créées en Turquie et à Dubaï.
©Reuters

Opération séduction

Podemos ne veut pas réserver des plages à des femmes voilées

Fausse info.

ERRATUM : Une information relayée par plusieurs médias, espagnols comme français, suggérait que le mouvement politique espagnol Podemos réfléchissait à promouvoir l'ouverture de plages réservées à des femmes voilées. Comme le signale Marianne, cette information est en réalité erronnée. Nous présentons nos excuses à nos lecteurs. L'article original suit ci-dessous.

---

En réponse aux nombreuses revendications formulées par une cellule citoyenne constituée majoritairement d'Espagnols convertis à l'Islam, baptisée le "cercle", le parti d'extrême-gauche Podemos pourrait bientôt créer dans certaines communes des plages entièrement dévolues aux femmes portant le voile.  

"À l'instar des plages nudistes ou des plages spécifiquement réservées au public gay, nous pourrions délimiter des zones de plage exclusivement pour les femmes musulmanes. [...] Ce serait la plus importante preuve de tolérance", écrit Podemos dans un tweet relayé par Marianne vendredi 29 avril. 

Cité par l'hebdomadaire, le maire conservateur de la ville de l'Alhambra, José Torres Hurtado, estime que "Podemos veut séduire l'électorat musulman, notamment les Espagnols convertis à l'islam, avec des propositions farfelues et démagogiques". Des plages réservées aux femmes voilées ont déjà été créées en Turquie et à Dubaï. 

>>>> À lire aussi : Port du voile à l'université : ce que perd la République à combattre obstinément tous les signes religieux extérieurs

Lu sur Le Point

En raison de débordements, nous avons fait le choix de suspendre les commentaires des articles d'Atlantico.fr.

Mais n'hésitez pas à partager cet article avec vos proches par mail, messagerie, SMS ou sur les réseaux sociaux afin de continuer le débat !