Eric Ciotti veut l'interdiction pour les magistrats de se syndiquer | Atlantico.fr
Atlantico, c'est qui, c'est quoi ?
Newsletter
Décryptages
Pépites
Dossiers
Rendez-vous
Atlantico-Light
Vidéos
Podcasts
Politique
Eric Ciotti veut l'interdiction pour les magistrats de se syndiquer
©

Mur des cons

Eric Ciotti veut l'interdiction pour les magistrats de se syndiquer

Le député UMP des Alpes-Maritimes fait dans le JDD des propositions pour restaurer la confiance des Français en la Justice, après les affaires des écoutes de Nicolas Sarkozy et du Mur des cons.

En pleine affaire des écoutes de Nicolas Sarkozy, Éric Ciotti, député UMP des Alpes-Maritimes, a fait dans une interview au Journal du Dimanche  des propositions pour restaurer la confiance des Français en la Justice.

"Je vais déposer une proposition de loi constitutionnelle pour supprimer tout lien de dépendance qui pourrait peser sur l'impartialité des juges", déclare-t-il. "Je proposerai d'abord d'interdire l'appartenance syndicale en renouant avec l'esprit originel des magistrats, qui date de 1958". Il déplore que des "magistrats censés rendre la justice au nom du peuple expriment sous couvert de liberté syndicale des positions politiques souvent tranchées" en référence à l'affaire du "mur des cons", un panneau de photos de personnalités, principalement de droite, affiché dans les locaux du Syndicat de la magistrature (SM), classé à gauche.

Concernant le lien entre l'exécutif et le parquet, Eric Ciotti veut proposer de rendre obligatoire "l'avis conforme du Conseil supérieur de la magistrature dans toute nomination de procureur".

Il préconise par ailleurs de renforcer les sanctions pénales. "Aujourd'hui, on est dans une dépénalisation de fait de la violation du secret de l'instruction. C'est extrêmement grave que cette violation donne l'objet quasi systématiquement à des manipulations politiques et transforme une présomption d'innocence en une présomption de culpabilité médiatique", explique-t-il.

Lu sur le JDD.fr

En raison de débordements, nous avons fait le choix de suspendre les commentaires des articles d'Atlantico.fr.

Mais n'hésitez pas à partager cet article avec vos proches par mail, messagerie, SMS ou sur les réseaux sociaux afin de continuer le débat !