Erdogan assure que 18.000 migrants ont traversé la frontière vers l'Europe en une journée | Atlantico.fr
Atlantico, c'est qui, c'est quoi ?
Newsletter
Décryptages
Pépites
Dossiers
Rendez-vous
Atlantico-Light
Vidéos
Podcasts
International
Erdogan assure que 18.000 migrants ont traversé la frontière vers l'Europe en une journée
©OZAN KOSE / AFP

Déferlante

Erdogan assure que 18.000 migrants ont traversé la frontière vers l'Europe en une journée

La Turquie va maintenir ses frontières avec l'Europe ouvertes, a affirmé samedi 29 février le président turc.

Une journée seulement après l'ouverture par la Turquie de ses frontières vers l'Europe, environ 18.000 clandestins l'ont traversée pour pénetrer en Europe, a annoncé le président turc Recep Tayyip Erdogan. Il a assuré que la Turquie maintiendra ses frontières avec l'Europe ouvertes pour permettre aux migrants de passer. "Nous n'allons pas fermer les portes", a assuré le président turc. Vendredi, la Grèce a annoncé avoir renforcé ses patrouilles à la frontière avec la Turquie. Ce samedi matin, le pays, frontalier avec la Turquie, a annoncé avoir empêché 4 000 migrants venant de Turquie d’entrer "illégalement" sur son territoire, a annoncé le porte-parole du gouvernement Stelios Petsas. 

Recep Tayyip Erdogan reproche à l'Union européenne, qui depuis un accord trouvé en 2016 entre Bruxelles et Ankara, a versé près de six milliards d'euros à la Turquie afin qu'elle gère les réfugiés présents sur son sol, de ne pas suffisamment l'aider. La Turquie fait en effet face à une nouvelle vague de réfugiés syriens depuis son offenssive dans la province d'Idleb. L'Union européenne a réagi vendredi à ce chantage du président turc : "de notre point de vue l'accord [...] tient toujours et nous attendons de la Turquie qu'elle respecte ses engagements", a déclaré un porte-parole de l'UE, Peter Stano.  

La décision d'"ouvrir les portes" a été prise lors d'un conseil de sécurité extraordinaire présidé par Recep Tayyip Erdogan dans la nuit de jeudi à vendredi, après la mort d'au moins 33 militaires turcs dans la région d'Idleb dans des frappes aériennes attribuées par Ankara au régime syrien.

En raison de débordements, nous avons fait le choix de suspendre les commentaires des articles d'Atlantico.fr.

Mais n'hésitez pas à partager cet article avec vos proches par mail, messagerie, SMS ou sur les réseaux sociaux afin de continuer le débat !