Bygmalion et Coca Cola : quand Jean-François Copé nage en eaux troubles | Atlantico.fr
Atlantico, c'est qui, c'est quoi ?
Newsletter
Décryptages
Pépites
Dossiers
Rendez-vous
Atlantico-Light
Vidéos
Podcasts
Politique
Jean-François Copé mis en cause pour ses amitiés avec Coca Cola
Jean-François Copé mis en cause pour ses amitiés avec Coca Cola
©

De l’eau dans le gaz

Bygmalion et Coca Cola : quand Jean-François Copé nage en eaux troubles

L’ancien président de l’UMP est mis en cause par Le Point pour ses amitiés avec le géant du soda.

Entre Jean-François Copé et Coca-Cola, c’est l’amour fou. D’après l’hebdomadaire Le Point, l’ancien président de l’UMP et le géant du soda ont entretenu des relations relativement floues. En cause, la somme de 50 000 euros déboursée par Coca-Cola pour que soit exposée une bouteille de la marque datant de 1917 au sein du musée de la Grande Guerre à Meaux. Cette pièce serait "rare et retrouvé dans les tranchées de la Meuse." La fameuse bouteille n’a jamais été exposée. D’après Le Point, la raison pourrait être parce que la bouteille valait en réalité 20 dollars, selon eBay. Par ailleurs, l’entreprise américaine serait un sponsor très actif du festival Musik’Elles depuis 2005 où elle aurait injecté 30 000 euros en 2011 et 2014. 

Mais Jean-François Copé rend la pareille. En 2008, la jeune députée UMP Valérie Boyer propose l’interdiction de la publicité pour les sodas lors des émissions de jeunesse et une taxe sur les boissons sucrées. Le maire de Meaux a alors déclaré : "la majorité d'entre-nous n'est pas favorable à la taxe sur les boissons sucrées". Il aurait également menacé Valérie Boyer de découper sa circonscription afin de la faire perdre aux élections législatives. 

Alors que l’idée de la taxe revient en 2011, Jean-François Copé engage un bras de fer avec François Fillon. Ses soutiens, dont Patrick Balkany, enchaînent les amendements pour alléger la taxe. Le Point offre également quelques détails sur Bygmalion. En 2012, lors de l’élection controversée de Jean-François Copé à la présidence de l’UMP, la société aurait accueilli comme client Coca-Cola. Ces derniers auraient viré 120 000 euros pour quelques prestations, d’après Le Canard enchaîné. Une somme qui pourrait intéresser les enquêteurs de l'affaire. 

Lu sur Le Point

En raison de débordements, nous avons fait le choix de suspendre les commentaires des articles d'Atlantico.fr.

Mais n'hésitez pas à partager cet article avec vos proches par mail, messagerie, SMS ou sur les réseaux sociaux afin de continuer le débat !