Enregistrements de Sarkozy par Buisson : les réactions politiques | Atlantico.fr
Atlantico, c'est qui, c'est quoi ?
Newsletter
Décryptages
Pépites
Dossiers
Rendez-vous
Atlantico-Light
Vidéos
Podcasts
France
Enregistrements de Sarkozy par Buisson : les réactions politiques
©

Verbatim

Enregistrements de Sarkozy par Buisson : les réactions politiques

De Nathalie Kosciusko-Morizet à Brice Hortefeux en passant par des membres du PS ou encore Jean-Marie Le Pen, de nombreux élus ont donné leur avis sur cette affaire.

Le Canard enchaîné et Atlantico publient des bombes ce mercredi : des preuves de l'enregistrement réalisé par Patrick Buisson à l'insu de Nicolas Sarkozy et de ses conseiller. L’enregistrement d’une durée de plusieurs heures comprend aussi bien les conversations de Patrick Buisson avec différents conseillers  qu’une réunion stratégique organisée le samedi 26 février 2011 à la Lanterne à Versailles. Il se conclut une fois que Patrick Buisson est à nouveau seul, après avoir salué la dernière personne avec laquelle il se trouvait. Un véritable Sarkoleaks qui devrait secouer la classe politique pendant quelque temps.

Ainsi, dès mardi soir, différents personnalités ont commencé à réagir à ces révélations. C'est le cas notamment de Nathalie Kosciusko-Morizet. "Si c'est avéré, ce sont des pratiques détestables", a estimé la candidate UMP à la mairie de Paris, interrogée par la presse, à la sortie du dîner annuel du Crif (Conseil représentatif des institutions juives de France), auquel participait notamment le président de la République François Hollande.

A lire aussi : Enregistrements de Sarkozy par Buisson : "Y'en a qu'un qui pourrait remplacer Fillon, c'est Juppé"

Enregistrements de Sarkozy par Buisson : Nicolas, Carla, l'immobilier, leurs finances et leurs amours

"Si c'était vrai, ce serait une chose importante", a pour sa part déclaré Patrick Devedjian, président UMP du Conseil général des Hauts-de-Seine, soulignant que "la question est de savoir si c'est vrai, si le document est intégral, s'il a été enregistré clandestinement ou normalement".

"Le moins qu'on puisse dire c'est que c'est un climat un peu délétère qui régnait", à l'époque à l'Elysée, a de son côté considéré le Premier secrétaire du Parti socialiste Harlem Désir évoquant "des mœurs étranges". Toujours à la sortie du dîner du Crif, Bruno Le Roux, président du groupe socialiste à l'Assemblée, a eu sensiblement le même discours : "C'est celui qui était écouté par le président de la République qui écoutait le Président. Si les choses sont vraies, c'est quand même quelque chose de terrible sur les mœurs qui régnaient dans ce camp à cette période".

<<<<<< A lire sur le sujet : Sarkoleaks : les trois trahisons de Patrick Buisson >>>>>

Enregistrements de Sarkozy par Buisson : Guéant, Musca, Mercier et les interventions sur les juges

Le Canard Enchaîné indique dans son édition de mercredi que Nicolas Sarkozy n'a pas souhaité réagir directement mais "a tout de même fait savoir qu'il était 'furieux'". Également cité par le Canard, Henri Guaino, ancien conseiller spécial de Nicolas Sarkozy s'emporte: "C'est un vol, c'est un viol. Une rupture de confiance terrible. C'est très douloureux". "C'est un sentiment d'effarement. Je n'aurais pas imaginé que quelqu'un soit capable de faire une chose pareille, a fortiori quelqu'un qui était un conseiller du président de la République. C'est déjà quelque chose d'inacceptable pour un citoyen ordinaire qui enregistrerait ses proches sans les prévenir. C'est encore plus invraisemblable, encore plus insupportable s'agissant d'un collaborateur du président de la République" a ajouté l'ex-conseiller de Nicolas Sarkozy, ce mardi matin sur France Info.

Bruno Le Maire a indiqué quant à lui : "Est-ce que c'est grave ? Oui. Est-ce que c'est au coeur de mes préoccupations ? Non. Est-ce que c'est au coeur des préoccupations des Français qui viennent de se prendre 98 000 chômeurs de plus le mois dernier ? Non. Je crois que nous tous, responsables politiques, nous avons intérêt à nous recentrer le plus rapidement possible sur les préoccupations concrètes et quotidiennes des Français parce que Dieu sait qu'elles sont nombreuses".

Claude Guéant, s'est confié au JDD se disant"surpris, déçu et choqué". "C'est pour moi une énorme surprise, je ne m'attendais pas à une chose pareille. Il s'agit d'un procédé incompréhensible et inacceptable. Je n'ai jamais entendu parler d'enregistrements officiels, je n'ai jamais vu de magnéto posé sur une table", a-t-il indiqué.

A la sortie du conseil des ministres, ce mercredi, Najat Vallaud-Belkacem a affirmé qu'il s'agissait "d'une affaire exceptionnellement grave". Jean-Marie Le Pen qui a connu Patrick Buisson lorsqu'il était à Minute, s'est dit "étonné" de ces méthodes. Sur BFMTV, l'ancien patron du FN a dit ne plus avoir de rapport avec lui même s'il respecte "l'intelligence et le talent journalistique" de l'ex-conseiller du président.

Invité ce mardi soir sur le plateau d'i>TELE, l'ex-ministre de l'Intérieur Brice Hortefeux a lui aussi réagi aux révélations du Canard enchaîné et d'Atlantico. Brice Hortefeux assure qu'il ne souhaite pas "alimenter des polémiques inutiles" et cite notamment Confucius au regard de l'affaire Buisson : "le silence est un véritable ami car lui, ne trahit jamais".

Pour rappel, ce mardi soir sur BFMTV, l'avocat de Patrick Buisson, maître Gilles-William Goldnadel a authentifié ces enregistrements.

En raison de débordements, nous avons fait le choix de suspendre les commentaires des articles d'Atlantico.fr.

Mais n'hésitez pas à partager cet article avec vos proches par mail, messagerie, SMS ou sur les réseaux sociaux afin de continuer le débat !