Enquête sur les pénalités de Nicolas Sarkozy : Jean-François Copé mis en examen | Atlantico.fr
Atlantico, c'est qui, c'est quoi ?
Newsletter
Décryptages
Pépites
Dossiers
Rendez-vous
Atlantico-Light
Vidéos
Podcasts
Société
Enquête sur les pénalités de Nicolas Sarkozy : Jean-François Copé mis en examen
©Reuters

Suite

Enquête sur les pénalités de Nicolas Sarkozy : Jean-François Copé mis en examen

L'UMP avait payé les pénalités infligées à l'ex-chef de l'Etat par le Conseil constitutionnel. L'ancien président de l'UMP est mis en examen pour "abus de confiance".

Jean-François Copé devant un juge d'instruction. Ce mardi matin, l'ancien patron de l'UMP a en effet été entendu. Il s'agit des suites de l'enquête sur le paiement par son parti des pénalités infligées à Nicolas Sarkozy par le Conseil constitutionnel. "Le maire de Meaux est arrivé en compagnie de son avocat vers 9h15 au pôle financier du tribunal de grande instance de Paris" rapporte l'AFP. Au terme de cette convocation, Jean-François Copé a été mis en examen pour "abus de confiance". 

En 2012, la Commission des comptes de campagne avait invalidé les comptes de campagne de Nicolas Sarkozy pour cause de dépassement de plafond autorisé. Après la confirmation de cette décision par le Conseil constitutionnel en juillet 2013, il avait été demandé à Nicolas Sarkozy de régler le montant du dépassement de sa campagne, qui s'élevait à 363 615 euros. Une procédure judiciaire avait été ouverte par le parquet en octobre pour "abus de confiance" et "recel".

Le parti lançait alors le "Sarkothon", durant laquelle les militants UMP mettaient la main à la poche, et règlaient les dettes du parti, et les pénalités de Nicolas Sarkozy. Peu de temps après, l'ancien président de la République a ensuite expliquait qu'il "souhaite assumer personnellement" cette affaire. Il avait donc fait un chèque pour régler la somme de 363 615 euros

En raison de débordements, nous avons fait le choix de suspendre les commentaires des articles d'Atlantico.fr.

Mais n'hésitez pas à partager cet article avec vos proches par mail, messagerie, SMS ou sur les réseaux sociaux afin de continuer le débat !