Ouverture d'une enquête sur le Bloody Sunday | Atlantico.fr
Atlantico, c'est qui, c'est quoi ?
Newsletter
Décryptages
Pépites
Dossiers
Rendez-vous
Atlantico-Light
Vidéos
Podcasts
Europe
Ouverture d'une enquête sur le Bloody Sunday
©

I can't believe the news today

Ouverture d'une enquête sur le Bloody Sunday

La police nord-irlandaise estime qu'elle pourrait durer quatre ans.

La police nord-irlandaise va ouvrir une enquête sur l'épisode du "Bloody Sunday", une manifestation qui avait entraîné la mort de 14 personnes en 1972, après que des soldats britanniques ont tiré sur une foule de catholiques, en Irlande du Nord. Il y a deux ans, une enquête publique sur ce drame avait conclu qu'aucune des victimes n'était armée. Il s'agit d'un des épisodes les plus sombres des 30 ans de troubles en Irlande du Nord.

L'enquête de police mobilisera "jusqu'à 40 personnes et pourra durer quatre ans", a annoncé la police nord-irlandaise dans un communiqué, a-t-elle ajouté, sans préciser la date du début des investigations. Le "Bloody Sunday" est l'un des épisodes les plus sombres des trente ans de violences dans la province britannique d'Irlande du Nord, qui ont fait près de 3500 morts.

En 2010, une enquête publique avait conclu, après 12 ans d'investigations, que les parachutistes britanniques avaient tiré les premiers le 30 janvier 1972, dans une foule manifestant à Londonderry, deuxième ville nord-irlandaise. Treize personnes étaient mortes sur le coup, une quatorzième cinq mois plus tard. Il s'agit de l'enquête publique la plus longue et la plus coûteuse de l'histoire britannique (plus de 190 millions de livres, soit 238 millions d'euros).

Pour une partie de l'opinion publique, une telle enquête pourrait ouvrir une boîte de Pandore. Des accords de paix ont été conclus en 1998, mettant fin à l'essentiel des troubles dans cette province britannique.

Lu sur Le Figaro

En raison de débordements, nous avons fait le choix de suspendre les commentaires des articles d'Atlantico.fr.

Mais n'hésitez pas à partager cet article avec vos proches par mail, messagerie, SMS ou sur les réseaux sociaux afin de continuer le débat !