En visite à Aubervilliers, Alain Juppé s'engage à mettre fin aux "zones de non-droit" | Atlantico.fr
Atlantico, c'est qui, c'est quoi ?
Newsletter
Décryptages
Pépites
Dossiers
Rendez-vous
Atlantico-Light
Vidéos
Podcasts
Politique
En visite à Aubervilliers, Alain Juppé s'engage à mettre fin aux "zones de non-droit"
©Reuters

Déplacement

En visite à Aubervilliers, Alain Juppé s'engage à mettre fin aux "zones de non-droit"

"Quand on est en train de se noyer, on se raccroche à n'importe quelle bouée", a lancé le maire de Bordeaux à François Hollande.

À l'occasion de son déplacement à Aubervilliers pour rencontrer la communauté chinoise ce jeudi après-midi, Alain Juppé a promis la fin des "zones de non-droit" en France. Quelques semaines après la mort de Zhang Chaolin, un commerçant violemment agressé en Seine-Saint-Denis, le candidat à la primaire des Républicains a dénoncé la "montée des actes racistes anti-chinois", avant d'évoquer l'impopularité de François Hollande. 

Si le chef de l'État avait ironisé sur le thème de "l'identité heureuse", affirmant que "l'identité française n'est ni heureuse, ni malheureuse", Alain Juppé s'amuse quant à lui de la "noyade" du locataire de l'Élysée, à quelques mois de l'élection présidentielle : "C'est là un naufrage auquel nous assistons (…) Quand on est en train de se noyer, on se raccroche à n'importe quelle bouée. La dernière bouée consiste à dénaturer les propositions de l'opposition et à s'attaquer à ses adversaires". 

"On ne donne pas une espérance à un peuple en lui disant que demain sera pire qu'aujourd'hui. Je ne cesserai pas de dire que nous pouvons aller vers des jours meilleurs (...) vers une France heureuse de retrouver l'harmonie entre ses communautés", a également déclaré le maire de Bordeaux. 

>>>> À lire aussi : Juppé/Sarkozy : "Ô duel tant désiré"… par les médias. Mais la route est encore longue pour les deux protagonistes

 

Lu sur Europe 1

En raison de débordements, nous avons fait le choix de suspendre les commentaires des articles d'Atlantico.fr.

Mais n'hésitez pas à partager cet article avec vos proches par mail, messagerie, SMS ou sur les réseaux sociaux afin de continuer le débat !