François Hollande invité de Capital sur M6 : tout ce qu'il faut retenir | Atlantico.fr
Atlantico, c'est qui, c'est quoi ?
Newsletter
Décryptages
Pépites
Dossiers
Rendez-vous
Atlantico-Light
Vidéos
Podcasts
France
Dimanche soir, François Hollande est l'invité de l'émission "Capital".
Dimanche soir, François Hollande est l'invité de l'émission "Capital".
©Reuters

Grand oral

François Hollande invité de Capital sur M6 : tout ce qu'il faut retenir

Le président s'est livré à un exercice de pédagogie sur sa politique économique et sociale, alors que les mesures prises depuis 13 mois, notamment contre le chômage, tardent à produire les effets espérés.

Le duel France - Allemagne / compétitivité

22h53 : "L’intérim est une forme d'adaptation à la compétitivité", dit François Hollande qui ajoute que "c'est l'innovation" qui fait la force des entreprises françaises. C'est pourquoi la Banque publique d'investissement (BPI) "aide les PME qui ont des projets d'investissements". 

A propos du duel de compétitivité entre la France et l'Allemagne : "ne nous demandez pas de faire en un an ce que les Allemands ont mis dix ans à faire".

Retraites

22h32 : "Nous vivons plus longtemps. Notre durée de cotisation doit suivre." "Le rythme sera discuté avec les partenaires sociaux", affirme le président. "L'âge légal ne bougera pas, c'est par la durée de cotisation que nous devons agir".

"A partir des propositions de Yannick Moreau et des partenaires sociaux, nous prendrons des décisions à la fin de l'été." "Tout le monde fera des efforts. Ce qui sera demandé aux salariés du privé, aux régimes spéciaux, ce sera le même effort", annonce François Hollande.

Impôts / fraude fiscale

22h20 : "Ce ne serait pas correct" de promettre qu'il n'y aura pas de nouvelles augmentation d'impôts déclare le président, qui ajoute que "des niches fiscales seront plafonnées".

"Il y a une période ouverte où tous ceux qui (fraudent) peuvent se déclarer, le droit leur sera appliqué. On a déjà récupéré 2 milliards (de fraude fiscale) l'année dernière", dit François Hollande. "On ne peut pas accepter qu'il y ait dissimulation, c'est pourquoi on va faire une loi de transparence."

Déficit / dépenses publiques

22h14 : M6 diffuse un 3e reportage sur les arrêts maladie. 

La dépense publique est passée "de 52% à 56% de la richesse nationale" sous le quinquennat de Nicolas Sarkozy, affirme François Hollande. "En 2013, l'Etat va dépenser 1,5 milliard de moins qu'en 2012", annonce le président. "En 2014, on va économiser 14 milliards d'euros."

A propos de la suppression du jour de carence des fonctionnaires, le chef de l'Etat explique qu'il "ne veux pas opposer les Français entre eux". On a demandé aux fonctionnaires de supporter le gel du point d'indice depuis 2 ans. "Il n'y a pas de raison de leur faire supporter cette pénalité", dit-il.

Emploi / chômage

21h45 : L'emploi est la priorité pour améliorer le pouvoir d'achat des Français, selon François Hollande qui maintient sa volonté d'inverser la courbe du chômage d'ici la fin de l'année 2013.

Le président explique qu'il n'est pas favorable à un coup de pouce du gouvernement au Smic, qui augmentera en fonction de l'inflation.

26,5% des jeunes sont au chômage. M6 diffuse un reportage sur l'Autriche et son système d'apprentissage. 

"La seule façon de créer de l'emploi, c'est la croissance", dit le président. En attendant une reprise de la croissance en 2014, François Hollande explique qu'il table sur les emplois d'avenir pour les jeunes (30 000 déjà créés, un objectif de 100 000 d'ici la fin de l'année) et sur les contrats de générations (100 000 d'ici la fin de l'année). Il souhait aussi augmenter le nombre d'apprentis.

Le président défend son pacte de croissance, qui met "trop de temps à s'appliquer" selon lui. 

Mille feuille administratif 

21h25 : François Hollande veut simplifier, sans supprimer d'échelon, en instaurant des procédures uniques. "Les grandes métropoles vont prendre une partie des compétences des conseils généraux", dit-il.

Logement 

21h17 : M6 diffuse un reportage sur l'immobilier. Différents problèmes sont abordés : difficultés rencontrées par les locataires et les propriétaires, problèmes de construction...

Pour répondre à tous les besoins, il faudrait construire 500 000 logements : "On n'y arrivera pas cette année", admet François Hollande, qui annonce 300 000 logements supplémentaires pour 2013 et 2014.

Le président explique aussi que l'Etat va vendre des terrains lui appartenant. François Hollande annonce que les propriétaires qui gardent leurs terrains seront pénalisés, via la fiscalité.

Le président estime qu'il y a trop de normes dans le secteur de l'immobilier et souhaite en supprimer "une majeure partie". 

La ministre du Logement Cécile Duflot va par ailleurs présenter une loi pour donner aux propriétaires une garantie en cas de non-paiement par leur locataire. Les assurances "joueront le jeu" et payeront.

21h02 : 64% des Français jugent le rythme des réformes trop lent, selon un sondage réalisé pour M6 et Le Parisien. "Ca prend du temps", se défend le chef de l'Etat, qui énumère les mesures adoptées depuis 1 an : emplois d'avenir, loi sur la sécurité de l'emploi... "On a pris la mesure (de la crise) et les mesures (pour lutter contre)", ajoute-t-il.

21h : "La France a pris beaucoup de retard et depuis longtemps", commence François Hollande qui ajoute qu'il existe "des raisons d'espérer : innovation, démographie...



Exercice de pédagogie en direct pour le chef de l'Etat. Ce dimanche soir, François Hollande est l'invité de "Capital" sur M6 à partir de 20h50. Thème de l’émission : "La France en panne : comment faire sauter les verrous ?" L’occasion pour le président de répondre pendant près de deux heures aux problèmes quotidiens des Français.

Entre les reportages, qui rythmeront l'émission, François Hollande répondra aux questions du présentateur Thomas Sotto, et ce à la veille d'un sommet des dirigeants du G8 qui aura notamment à son menu l'évasion fiscale, rappelle l'AFP. Selon un sondage CSA pour M6 et Le Parisien, le pouvoir d’achat (47%) et le chômage (46%) sont en tête des thèmes prioritaires sur lesquels le président est attendu lors de ce rendez-vous.

Pour convaincre les Français, François Hollande a prévu de faire simple, clair et concret, explique Le Parisien. "L’essentiel c’est d’être entendu, notamment par le grand public", a confié un ministre de poids. Regardé en moyenne par 3,5 à 4 millions de téléspectateurs, "Capital" offre donc un format idéal.

Et à soirée exceptionnelle mesures exceptionnelles : selon Rue89, M6 a renoncé à ses deux coupures publicitaires habituelles. Une décision "liée à la solennité importante du rendez-vous", a expliqué Jean-Bernard Schmidt, rédacteur en chef de "Capital".

En raison de débordements, nous avons fait le choix de suspendre les commentaires des articles d'Atlantico.fr.

Mais n'hésitez pas à partager cet article avec vos proches par mail, messagerie, SMS ou sur les réseaux sociaux afin de continuer le débat !