Jean-François Copé annonce sa candidature à la présidence de l'UMP en multipliant les références à Nicolas Sarkozy | Atlantico.fr
Atlantico, c'est qui, c'est quoi ?
Newsletter
Décryptages
Pépites
Dossiers
Rendez-vous
Atlantico-Light
Vidéos
Podcasts
France
Jean-François Copé annonce sa candidature à la présidence de l'UMP en multipliant les références à Nicolas Sarkozy
©

Coup d'envoi

Jean-François Copé annonce sa candidature à la présidence de l'UMP en multipliant les références à Nicolas Sarkozy

Le secrétaire général de l'UMP s'est exprimé ce dimanche devant les militants pendant près de 50 minutes à Châteaurenard.

[Mis à jour à 13h10]

Jean-François Copé conclut son discours par une référence à Charles Péguy. "Ces mots de Charles Péguy je vous les offre : 'Je ne crois plus jamais que c'est fini.'"

Charles Péguy, écrivain auquel Henri Guaino, plume de Nicolas Sarkozy, est très attaché. 

[Mis à jour à 13h04]


"Cette droite luttant contre le politiquement correct, c'est une droite que j'appelle décomplexée". 

"Une droite libérée du politiquement correct", c'est ce que souhaite Jean-François Copé.  

[Mis à jour à 12h59]

Jean-François Copé "souhaite une bonne fois pour toutes, la fin des 35 heures". 

Le candidat souhaite réformer l'école "comme Nicolas Sarkozy a réformé l'université". Jean-François Copé, veut d'un école où les directeurs soient des vrais "patron". 

[Mis à jour à 12H50] 
Il fustige les critiques, et affirme ne pas être "un solitaire". Et être pour un parti "uni". 
[Mis à jour à 12h45]

Jean-François Copé appelle à la victoire pour les municipales de 2014 : "Pour gagner demain je lance solennellement un appel à la levée en masse." 

"Avec vous, ville par ville nous allons regagner la France".

Le discours tant attendu de Jean-François commence. La date et le lieu étaient connus depuis des mois. Jean-François Copé tente une réelle démonstration de force. Son annonce de candidature tranche pour le moins avec celle de son principal rival, François Fillon qui avait rapidement annoncé sa candidature il y a deux mois via un simple message Twitter. 

Jean-François Copé commence par saluer l'action de Nicolas Sarkozy, l'ancien président de la République. 

"Je veux vous le dire, quelle que soient ses décisions, je serai aux côtés de Nicolas Sarkozy", a-t-il poursuivit. 

"Aussi loin que remonte ma mémoire d'enfant, j'ai l'idée que servir mon pays est la destinée la plus belle qui soit". 

L'actuel secrétaire général de l'UMP en appelle aux militants : "Pour qu'un vague bleue viennent effacer les dernières défaites, j'ai besoin des militants UMP".  

Acclamé par les militants venus le soutenir et ne cachant pas ses ambitions, il brise le secret un secret de polichinelle : "Je suis candidat pour vous emmener vers la victoire en 2014". 

L'actuel maire de Meaux appelle à une opposition forte contre le gouvernement socialiste. 

Jean-François Copé dénonce un anti-sarkozisme de gauche qu'il qualifie d'"haineux, "arrogant" et "infantile". Il tourne en dérision la communication d'un président normal : "François Hollande aux Jeux Olympiques", "François Hollande en bateau", etc.. 

Jean-François Coppé s'en prend à "l'immigration clandestine" qui "bénéficie" du "système de santé" sans y contribuer. 

L'élection du nouveau président de l'UMP par les militants aura lieu les 18 et 25 novembre.

En raison de débordements, nous avons fait le choix de suspendre les commentaires des articles d'Atlantico.fr.

Mais n'hésitez pas à partager cet article avec vos proches par mail, messagerie, SMS ou sur les réseaux sociaux afin de continuer le débat !