Conférence sociale : François Hollande appelle les patrons "à s’emparer" du pacte de responsabilité "de manière urgente" | Atlantico.fr
Atlantico, c'est qui, c'est quoi ?
Newsletter
Décryptages
Pépites
Dossiers
Rendez-vous
Atlantico-Light
Vidéos
Podcasts
Politique
François Hollande s'adresse aux partenaires sociaux ce lundi
François Hollande s'adresse aux partenaires sociaux ce lundi
©Reuters

C'est parti

Conférence sociale : François Hollande appelle les patrons "à s’emparer" du pacte de responsabilité "de manière urgente"

La CGT et Force Ouvrière ont annoncé qu'ils boycotteraient la seconde journée de la conférence sociale juste avant le discours du président de la République ce lundi.

  • Les décisions inédites de la CGT et de FO de boycotter la seconde journée de la conférence sociale mardi ont porté un coup à ce rendez-vous annuel
  • Le président de la République et son Premier ministre ont ouvert lundi en début d'après-midi au Palais d'Iéna la troisième conférence sociale du quinquennat.
  • François Hollande s'est exprimé en séance plénière au palais d'Iéna, l'occasion pour lui de faire le point sur le pacte de responsabilité

>> A lire sur le même sujet : Schizophrénie sur la conférence sociale : quand le gouvernement joue au dialogue social pour la galerie et recentralise à marche forcée dans la réalité

21h30 : Philippe Vigier (Président du groupe UDI à l'Assemblée nationale)

"Le Président de la République a lancé de nouveaux et nombreux chantiers tentant de donner le sentiment, en vain, qu'il reprenait en main l'avenir du pays mais cette pression sur le patronat arrive bien tard"

20h15 : Jean-Pierre Crouzet (Union Professionnelle Artisanale) s'est dit satisfait

"Nous avons enfin été entendus sur la question de l'apprentissage. Le président de la République a proposé qu'un débat s'ouvre sur le sujet. Dans ce cadre, nous demandons le rétablissement de l'accompagnement des employeurs d'apprentis face à la chute du nombre de jeunes entrant en apprentissage. Il faut comprendre que prendre un apprenti est un investissement qui ne s'amortit pas pour une entreprise. Une fois formé, le jeune s'en va. Nous avons donc besoin que l'Etat, et surtout les régions, s'engagent".

19h30 : Pierre Gattaz réagit

"Nous avons fait le constat partagé de la situation économique préoccupante. Demain, il faudra que des solutions se dégagent pour que les décisions ne prennent pas des années à être prises. Notre priorité sera que les impôts et les charges n'augmentent pas"

19h05 : la CFDT, seule participante côté syndicats à la conférence

18h55 : FO explique son boycott

Jean-Claude Mailly a dénoncé "un vrai bug dans le dialogue social", à l'issue d'une réunion à huis clos avec François Hollande. Il y a eu des "désaccords sur le pacte de responsabilité" et les "déclarations intempestives du Premier ministre" Manuel Valls sur les seuils sociaux dans les entreprises et la simplification du code du travail. Raison pour laquelle FO boycottera mardi. Selon lui, François Hollande était un "peu ennuyé" après cette décision. 

18h42 : Fin de l'intervention de François Hollande

"Le Pacte de responsabilité doit être mis en oeuvre et le dialogue social doit nous rassembler pour lutter contre le chômage. (...) Vous êtes les forces vives du pays. Nous sommes à un moment où c'est l'avenir de la France qui se joue. Nous devons sortir de cette conférence avec des grands rendez-vous".

18h37 : trois rendez-vous dont un sur l'apprentissage

18h32 : "trouver des solutions pour aujourd'hui et demain"

"Nous devons être capables, au-delà de nos différences, de nous réunir pour trouver des solutions pour aujourd'hui et pour demain"

18h30 : le dialogue social est en jeu selon Hollande

"Tout le monde connait le contexte de cette conférence mais je vais vous dire ce qui est en jeu: c'est l'idée même du dialogue social"

18h28 : un accompagnement pour les chômeurs

"Je veux que Pôle Emploi fasse un accompagenement personnalisé. Les chômeurs de longue durée doivent aussi pouvoir accéder à l'apprentissage à n'importe quel âge"

18h22 : Hollande met le paquet sur les apprentis

"Il faut faire en sorte de former 500 000 apprentis par an. Tous les partenaires sociaux doivent être présents. Les règles doivent être simples pour tous. Il est nécessaire de faire davantage pour les jeunes. Dans les collectivités locales et l'Etat, il doit y en voir encore plus. On doit former les jeunes apprentis. Il faut faire cette réunion qui doit déboucher sur la levée des blocages.

18h18: un programme de convergence

"La France proposera un programme de convergence social et fiscal dans les prochaines semaines à ses partenaires européens".

18h15 : "les élections européennes ont un signal d'alarme"

"Populisme, extrémisme, les élections européennes ont été un signal d'alarme sur tout le continent. Cela ne peut continuer ainsi".

18h12 : des assises de l'investissement en septembre

"Je réunirai en septembre les assises de l'investissement dans le but d'adapter nos dispositifs de financement pour que l'économique en soit la seul bénéficiaire"

18h10 : "investir encore"

"Nous allons orienter les 200 milliards d'actifs vers les entreprises"

18h06 : "Mobilisation générale"

"Ce pacte a été entièrement respecté par l'Etat. Il est financé par un plan d'économie budgétaire. Il appartient donc aux employeurs de lui donner toute son ampleur. Je préfère être clair, les branches doivent s'emparer du sujet"

18h02 : "le pacte de responsabilité sert à accélérer la reprise en cours en Europe"

"Il faut que les parties prenantes aillent au bout de leur action. A quoi sert le pacte de responsabilité que j'ai voulu ? Il sert à relancer la croissance et à soulager le pouvoir d'achat des ménages. Le pacte de responsabilité sert à accélérer la reprise en cours en Europe".

18h00 : François Hollande prend la parole

"Nous devons tous être rassemblés pour agir. J'ai choisi le dialogue social pour réformer notre pays."

17h49 : le président toujours en discussion avec les syndicats

François Hollande se trouve toujours en huis clos avec les dirigeants des organisations syndicales (CGT, CFDT, FO, CFTC, CFE-CGC) et patronales (Medef, CGPME, UPA). Voilà plus de 2h45 que les différents acteurs discutent sur les tenants et les aboutissants du pacte de responsabilité, notamment.

17h37 : le président de la République va parler

François Hollande a quelques minutes de retard. Après le retrait de la CGT et de FO, le chef de l'Etat va tenter de convaincre les représentants syndicaux présents. Il insistera aussi sur les suites de la mise en place du pacte de responsabilité. 

Ce qu'il faut retenir

La troisième conférence sociale qui s'ouver ce lundi est un moment important pour François Hollande et tout le gouvernement. Avant le début de ce rassemblement entre patronat et syndicats, la CGT et FO ont annoncé leur noycott de la seconde journée mardi. En revanche, ils seront présents lors du discours du président de la République ce lundi.

Une décision justifiées par les récentes décisions de Manuel Valls sur le report partiel du compte pénibilité et sa proposition d'une simplification du code du Travail. Accusant le gouvernement de céder au "chantage" du patronat, ils ont aussi reproché à Manuel Valls de ne pas les avoir consultés. Avant même l'annonce de la CGT, le président de la CGPME, Jean-François Roubaud, s'en est pris ce lundi sur Europe 1 à l'attitude de "blocage" de la CGT. Toutefois, le patronat avait été le premier à brandir la menace de boycottage de la rencontre, avant de se raviser, après les annonces du Premier ministre.

Les syndicats réformistes, CFDT, CFTC, CFE-CGC, restent fidèles au rendez vous. Le Premier ministre, soucieux de donner des gages aux organisations syndicales, a demandé au patronat de "reconnaître l'effort que la nation consent pour le soutenir" avec le pacte de responsabilité et de "s'engager pleinement pour la création d'emplois". Mais il a aussi plaidé pour une "gauche qui marche" quitte à "venir perturber des habitudes, des acquis".

En raison de débordements, nous avons fait le choix de suspendre les commentaires des articles d'Atlantico.fr.

Mais n'hésitez pas à partager cet article avec vos proches par mail, messagerie, SMS ou sur les réseaux sociaux afin de continuer le débat !