En Birmanie, le Pape François appelle au respect de "chaque groupe ethnique" | Atlantico.fr
Atlantico, c'est qui, c'est quoi ?
Newsletter
Décryptages
Pépites
Dossiers
Rendez-vous
Atlantico-Light
Vidéos
Podcasts
International
En Birmanie, le Pape François appelle au respect de "chaque groupe ethnique"
©

Périphrase

En Birmanie, le Pape François appelle au respect de "chaque groupe ethnique"

"Les différences religieuses ne doivent pas être une source de division et de méfiance, mais plutôt une force d'unité, de pardon et de construction d'une nation sage" a-t-il déclaré lors d'un discours donné à Naypiytaw, le 28 novembre 2017.

En visite en Birmanie, le Pape François a appelé à la paix lors d'un discours donné en présence du Prix Nobel de la Paix Aung San Suu Kyi. Pour éviter tout incident diplomatique, il s'est cependant gardé de prononcer le mot de "Rohingyas", l'ethnie musulmane qui est au cœur d'un conflit sanglant au nord du pays. Mais son discours était clairement très engagé en faveur de la pacification du pays : 

"L'avenir du Myanmar doit être la paix. Une paix fondé sur le respect de la dignité et des droits de chaque membre de la société, sur le respect de chaque groupe ethnique et de son identité, sur le respect de la primauté du droit et le respect d'un ordre démocratique qui permette à chaque individu et à chaque groupe, sans aucun exclu, d'apporter sa contribution légitime au bien commun."

Ni le gouvernement, ni Aung San Suu Kyi n'ont réagi, eux qui sont très critiqués pour une supposée complicité dans les massacres Rohingyas dont témoignent de nombreux lanceurs d'alerte en Occident. 

 

En raison de débordements, nous avons fait le choix de suspendre les commentaires des articles d'Atlantico.fr.

Mais n'hésitez pas à partager cet article avec vos proches par mail, messagerie, SMS ou sur les réseaux sociaux afin de continuer le débat !