En Auvergne, François Fillon se compare à Vercingétorix | Atlantico.fr
Atlantico, c'est qui, c'est quoi ?
Newsletter
Décryptages
Pépites
Dossiers
Rendez-vous
Atlantico-Light
Vidéos
Podcasts
Politique
En Auvergne, François Fillon se compare à Vercingétorix
©JOEL SAGET / AFP

Alea jacta es

En Auvergne, François Fillon se compare à Vercingétorix

Devant plus de 3000 fidèles, le candidat de la droite s’est comparé au vainqueur de Jules César, pourtant "favori des sondages".

Après le "nos ancêtres les Gaulois" ravivé par Nicolas Sarkozy pendant la primaire de la droite, c'est au tour de François Fillon de faire appel à l'Histoire. A quinze jours du premier tour de l’élection présidentielle, le candidat de la droite était vendredi soir à Clermont-Ferrand, où il a prononcé devant près de 3000 sympathisants.

"J’appécie d’être à quelques kilomètres d’un lieu historique : le plateau de Gergovie. Là bas, il y a quelques siècles, un rebelle gaulois infligea une défaite magistrale à Jules César pourtant favori des sondages", a-t-il lancé à la foule. Cette comparaison, si elle a fait son effet dans la salle, a été moquée sur les réseaux sociaux. En effet, Vercingétorix finit sa vie prisonnier de César...

Dans ce discours consacré aux problèmes des zones rurales (les déserts médicaux, la fermeture des commerces de proximité...), il a salué l’appui que lui donne Nicolas Sarkozy et s'est permis quelques envolées dignes de l'ancien président : "C’est aux étrangers qu’il revient de faire l’effort d’intégrer la France […] et non à la France de se plier à des coutumes non conformes à son pacte républicain", a-t-il dit. Il a aussi expliqué que l’école devait aussi servir à "apprendre le goût d’être français et fier de l’être".

L’Auvergne était le dernier tour de chauffe pour le candidat des Républicains avant le grand rassemblement prévu dimanche à Paris.

Lu sur France 3

En raison de débordements, nous avons fait le choix de suspendre les commentaires des articles d'Atlantico.fr.

Mais n'hésitez pas à partager cet article avec vos proches par mail, messagerie, SMS ou sur les réseaux sociaux afin de continuer le débat !