En Allemagne, un préfet assassiné d'une balle dans la tête | Atlantico.fr
Atlantico, c'est qui, c'est quoi ?
Newsletter
Décryptages
Pépites
Dossiers
Rendez-vous
Atlantico-Light
Vidéos
Podcasts
International
En Allemagne, un préfet assassiné d'une balle dans la tête
©Thomas KIENZLE / AFP

Enquête en cours

En Allemagne, un préfet assassiné d'une balle dans la tête

Il était la cible de menaces de mort par des groupes d'extrême-droite en raison de son soutien à la politique d'accueil des migrants.

Walter Lübcke, le préfet de Kassel (Hesse), a été retrouvé mort une balle dans la tête sur la terrasse de sa maison, dans la nuit du samedi 1er au dimanche 2 juin. Les enquêteurs n'ont pour l'instant aucune piste mais cet assassinat a remis en lumière les menaces dont était victime Walter Lübcke. Ce chrétien-démocrate de 65 ans était en effet régulièrement menacé de mort par l'extrême-droite depuis son soutien affiché à la politique d'accueil des migrants d'Angela Merkel en 2015.

Parmi les groupes responsables de ces menaces, les Reichsbürger ("citoyens du Reich"), une organisation de nostalgiques du IIIe Reich, opposés à la République allemande. Après son assassinat, plusieurs commentaires insultants ont circulé sur les réseaux sociaux, via des comptes identifiés comme étant proches de l'extrême-droite. "Coupable, pas de pitié, voilà ce qui arrivera à Merkel et aux autres" peut-on lire ou encore "Le fils de pute a eu le coup de grâce. Respect !".

Membre de la CDU, le parti d'Angela Merkel, depuis les années 1980 puis député régional jusqu'en 2009, il avait alors été nommé préfet de la ville de Kassel. Mettant en avant ses "valeurs chrétiennes", Walter Lübcke avait défendu la volonté d'Angela Merkel d'ouvrir les frontières aux réfugiés en 2015. Une position qui lui avait valu des insultes de la part du mouvement Pegida.  

Le Monde

En raison de débordements, nous avons fait le choix de suspendre les commentaires des articles d'Atlantico.fr.

Mais n'hésitez pas à partager cet article avec vos proches par mail, messagerie, SMS ou sur les réseaux sociaux afin de continuer le débat !