Emplois d'avenir : Sapin répond à Bartolone | Atlantico.fr
Atlantico, c'est qui, c'est quoi ?
Newsletter
Décryptages
Pépites
Dossiers
Rendez-vous
Atlantico-Light
Vidéos
Podcasts
France
Michel Sapin très offensif ce vendredi
Michel Sapin très offensif ce vendredi
©Reuters

Ça sent le sapin

Emplois d'avenir : Sapin répond à Bartolone

Le ministre du Travail a appelé à ce que chacun se mobilise sur l'emploi alors que Claude Bartolone avait demandé à l'entourage du ministre de "changer de ton".

Claude Bartolone conserve sa liberté de parole et cela ne plait pas à tout le monde. Ce vendredi, Michel Sapin a appelé "chacun à se mobiliser" sur l'emploi au lieu de "critiquer". Le ministre du Travail a en effet estimé que le déploiement des emplois d'avenir destinés aux jeunes peu ou pas diplômés "marche très bien dans les zones rurales mais moins bien dans les zones très urbanisée". Dans le quotidien Le Monde, des personnes proches de Michel Sapin avaient noté que "les missions locales fonctionnent particulièrement mal en Seine-Saint-Denis et que les collectivités ne font pas assez d'efforts pour les emplois d'avenir".

A cela, le président de l'Assemblée nationale a répondu ne pas vouloir "que le ministre du Travail fasse passer l’insuffisance de ses services sur le dos des collectivités locales" et a appelé "à changer de ton, parce que ce genre d'attitude peut conduire au divorce".

Michel Sapin a alors estimé sur Europe 1 ce vendredi que Claude Bartolone a un caractère bouillant, c’est une de ses qualités et lorsqu’on fait des remarques sur son département il considère que c’est une critique contre lui-même, ça n’est pas le cas". Par ailleurs, le ministre du Travail a jugé qu'il serait "illégitime de remettre en cause la procédure d'arbitrage défavorable à l'Etat rendue en faveur de Bernard Tapie dans la vente d'Adidas". "La décision qui a été prise par Nicolas Sarkozy d'un arbitrage en faveur de M. Tapie ne date pas de 1992. Elle date d'il y a quelques années et c'est celle là qui doit être remise en cause, il serait légitime de remettre en cause cette procédure qui a été défavorable à l'Etat", a-t-il expliqué.

Lu sur Le Figaro

En raison de débordements, nous avons fait le choix de suspendre les commentaires des articles d'Atlantico.fr.

Mais n'hésitez pas à partager cet article avec vos proches par mail, messagerie, SMS ou sur les réseaux sociaux afin de continuer le débat !