Le Brésil doublera-t-il la France d'ici 2016 ? | Atlantico.fr
Atlantico, c'est qui, c'est quoi ?
Newsletter
Décryptages
Pépites
Dossiers
Rendez-vous
Atlantico-Light
Vidéos
Podcasts
Economie
Le Brésil doublera-t-il la France d'ici 2016 ?
©

Dans les choux

Le Brésil doublera-t-il la France d'ici 2016 ?

Malgré un ralentissement de sa croissance, le géant d'Amérique latine possède des atouts économiques non négligeables.

Cette année, le Brésil a supplanté le Royaume-Uni en tant que sixième économie mondiale. Et ce n’est que le début : le ministre des finances brésilien, Guido Mantega, a déclaré que le pays surpassera la France d’ici 2016.

La croissance brésilienne a été de 7,5% en 2010, et restera l’une des plus importantes du monde dans les années à venir, avec probablement un taux de 3,5% en 2011, et un PIB de 2 520 milliards de dollars. "Les pays qui se développeront le plus seront les marchés émergents, comme le Brésil, la Chine, l’Inde et la Russie. La tendance pour le Brésil est de rester en haut du palmarès des économies mondiales", a ajouté Guido Mantega, se référant aux études du CEBR, un centre de recherche économique basé à Londres.

L’une des forces du Brésil est de pouvoir produire de l’énergie bon marché grâce au sucre de canne, comme le bioéthanol, alors que beaucoup de plus grosses économies mondiales doivent importer leurs sources d’énergie, comme la Chine, les Etats-Unis et la France. Bien que la croissance brésilienne ralentisse, le gouvernement de Dilma Rousseff a pris des mesures pour relancer l’économie, avec un mélange de réduction des taxes, des taux d’intérêt et des exigences des prêts bancaires.

La production industrielle a été la plus touchée, avec une baisse de 1,9% en septembre et de 0,6% en octobre. Le taux d’inflation est aussi très important au Brésil. Néanmoins, il y a peu de chances que la France puisse renverser la vapeur et éviter, dans les années à venir, de se faire doubler par le géant d’Amérique latine. La question est de savoir si, dans un contexte de crise européenne et mondiale, le Brésil pourra maintenir une demande intérieure suffisante et des débouchés locaux pour soutenir sa croissance.

lu sur MISH'S Global Economic Trend Analysis

En raison de débordements, nous avons fait le choix de suspendre les commentaires des articles d'Atlantico.fr.

Mais n'hésitez pas à partager cet article avec vos proches par mail, messagerie, SMS ou sur les réseaux sociaux afin de continuer le débat !