Emmanuel Macron rejette l'image de "président des riches" mais assume de récompenser "la réussite" | Atlantico.fr
Atlantico, c'est qui, c'est quoi ?
Newsletter
Décryptages
Pépites
Dossiers
Rendez-vous
Atlantico-Light
Vidéos
Podcasts
Politique
Emmanuel Macron rejette l'image de "président des riches" mais assume de récompenser "la réussite"
©Janek SKARZYNSKI / AFP

Explication de texte

Emmanuel Macron rejette l'image de "président des riches" mais assume de récompenser "la réussite"

"Nous avons décidé d'aligner la France sur la compétition européenne pour permettre aux gens de réussir" a-t-il indiqué à l'issue d'un sommet européen en Estonie.

Emmanuel Macron, "le président des riches" ? Lors d'une conférence de presse tenue ce vendredi à l'issue du premier sommet européen consacré à l'économie numérique à Tallin, le chef de l'Etat  a voulu rejeter les critiques sur le projet de loi de finances 2018, accusé de favoriser les personnes les plus aisés au détriment des plus modestes, notamment à travers de la réforme de l'ISF.

"Le cœur de la stratégie fiscale qui a été retenue, conformément aux engagements que j’avais pris, c’est d’une part de favoriser le travail et donc de permettre de mieux récompenser le travail dans notre économie parce que nous en avons besoin, d’avoir une stratégie sur la fiscalité des entreprises qui nous aligne sur la moyenne de l’Union européenne, et d’avoir une fiscalité qui favorise l’investissement dans l’économie"  a-t-il déclaré.

Le locataire de l'Elysée a notamment insisté sur son ambition de faire revenir les "talents". "Ça n'est pas la question de savoir de manière statique si les gens sont riches ou pauvres, c'est la question de savoir si dans notre pays on veut sanctionner la réussite dans le cycle de vie", a-t-il renchéri. "Nous avons décidé d'aligner la France sur la compétition européenne pour permettre aux gens de réussir. La France a aujourd’hui une structure fiscale qui n’est plus optimale. Les talents qui réussissent sont partis en masse, donc ça va les faire revenir".

Lu sur Europe 1

En raison de débordements, nous avons fait le choix de suspendre les commentaires des articles d'Atlantico.fr.

Mais n'hésitez pas à partager cet article avec vos proches par mail, messagerie, SMS ou sur les réseaux sociaux afin de continuer le débat !