Emmanuel Macron ne souhaite pas réouvrir le débat sur les statistiques ethniques | Atlantico.fr
Atlantico, c'est qui, c'est quoi ?
Newsletter
Décryptages
Pépites
Dossiers
Rendez-vous
Atlantico-Light
Vidéos
Podcasts
Politique
Emmanuel Macron ne souhaite pas réouvrir le débat sur les statistiques ethniques
©SEBASTIEN BOZON / AFP

Apaiser les tensions

Emmanuel Macron ne souhaite pas réouvrir le débat sur les statistiques ethniques

La porte-parole du gouvernement, Sibeth Ndiaye, avait évoqué la légalisation de cet outil pour "regarder la réalité en face". Selon des informations du Figaro, le chef de l’Etat serait opposé à cette idée.

Alors que le débat a été relancé sur la question des statistiques ethniques, le président de la République ne souhaite pas ouvrir ce débat à ce stade. Selon des informations du Figaro, auprès de sources à l’Elysée, le chef de l'Etat a "abordé le sujet lundi matin en petit comité". Dimanche soir, le président n'avait pas évoqué cette question dans son allocution dimanche soir.

Interdite en France, la possibilité de compiler des données sur les origines ethno-raciales a été évoquée samedi par la porte-parole du gouvernement Sibeth Ndiaye, sur fond de manifestations contre le racisme. Dans une tribune publiée dans Le Monde, Sibeth Ndiaye s'y est dit favorable pour mieux lutter contre les discriminations : il s'agit, selon elle, de "regarder la réalité telle qu'elle est" et de ne pas "(laisser) prospérer les fantasmes".

Lundi matin, Sibeth Ndiaye s’est exprimée sur les ondes de France Inter à nouveau sur ce sujet : 

 "Je pense que (les statistiques ethniques) permettraient de réconcilier deux rives de notre société qui s'écharpent éternellement. Ceux qui vous disent les Noirs, les Arabes, les personnes de couleur n'ont accès à rien, et ceux qui vous disent (...) que le problème ne se pose pas".

Les ministres Bruno Le Maire et Gérald Darmanin se sont dits opposés à la légalisation de ce dispositif alors qu’ils étaient interrogés sur France Info et BFMTV ce lundi. 

Le Figaro

En raison de débordements, nous avons fait le choix de suspendre les commentaires des articles d'Atlantico.fr.

Mais n'hésitez pas à partager cet article avec vos proches par mail, messagerie, SMS ou sur les réseaux sociaux afin de continuer le débat !